Les batteries aux plomb ont-elles encore un avenir ?

Biocarburants, électricité et hydrogène, les carburants renouvelables et les fossiles, pétrole (essence et gazole) ou gaz naturel (GNV et GTL).
Répondre
robvdc
Messages : 60
Enregistré le : mer. 30 mai 2012, 10:19
Localisation : Belgique (Liège)

Les batteries aux plomb ont-elles encore un avenir ?

Message par robvdc »

Bjr. La grande majorité des types de voitures et quadricycles lourds électriques ont débutés leur vie avec de la batterie au plomb: Citroën AX, Volta, Reva AC-1, Mega, Mia, Eco Et Mobilité, Volteis, Piaggio Porter, Little ... Pour ensuite passer à une technologie plus performante. La Mega e-city 2012 abandonne ses batteries plomb pour du lithium. La technique de la batterie au plomb va-t-elle disparaître ?
D'après des essais (vélo électrique) et des lectures, on pourrait constater que si le véhicule est composé d'une coque en acier, les résultats obtenus avec de la batterie au plomb ne sont pas probant: L'énergie demandée pour déplacer le véhicule est trop importante pour cette technologie. Elle ne dureraient que l'équivalent de +- 300 cycles avant de perdre la moitié de leur capacité utilisable. La puissance demandée les font chauffer, les batteries de traction ne sont pas adaptées à des courant forts. Il est tentant de réhabiliter un ancien véhicule électrique des années 90 dont les batteries sont mortes, à moindre frais. Mauvais calcul, car malgré leur prix avantageux, leurs durée de vie risque de ne pas dépasser quelques années avec des prestations médiocres. A moins de vous résoudre à n'utiliser votre véhicule que 40km par jour en ne dépassant pas 50km/h. Et en hiver, on peut encore diviser ces chiffres par 2. Discussion avec des ouvriers communaux (commune de Alleur, près de Liège) qui utilisent un Mega plateau, en été "ça va", en hiver, il reste au garage car l'autonomie chute à 15km. Aussi, elles ne tolèrent pas d'être entièrement rechargées en moins de 4 heures. Elles chauffent et se dégradent de manière définitive. Tout comme les recharger directement après un trajet: il faut attendre plusieurs heures qu'elles refroidissent avant de commencer à recharger. Et ça met du temps, car elles ont une grande inertie thermique. Par expérience sur un vélo électrique, j'ai claqué une batterie en voulant recharger en 3 heures directement après avoir rouler. Elle a chauffé (jusqu'à environ 40° C) et un élément s'est mis en court-circuit. Pour les quadricycles ("véhicules sans permis") dont la coque est en plastique, cela peut se discuter. Le moteur pompe déjà moins d'énergie. Il faudrait utiliser des batteries de traction prévues pour chariot de golf, mais elles coûtent deux fois plus cher que des batteries de traction style "camping car" qui ne tolèrent pas de forts courants. Aussi, il ne faut pas les laisser déchargées après utilisation. Avec au moins une fois par semaine une recharge durant 20 heures pour réduire le phénomène de sulfatation. C'est au prix de ces contraintes que l'on pourra rouler en étant dispensé du bruit et de la fumée d'un moteur thermique. Pour ce qui est du coût d'utilisation, il est peu probable d'espérer rouler moins cher. Même si le montant des taxes et assurances seront inférieurs, pour le prix de remplacement et de recharge des batteries, vous aurez quand même pas mal de carburant.
Merci pour votre avis si vous aussi vous avez testé ou avez de l'info :) .
webmaster
Site Admin
Messages : 2502
Enregistré le : jeu. 19 sept. 2002, 22:51
Localisation : Europe du Sud

Re: Les batteries aux plomb ont-elles encore un avenir ?

Message par webmaster »

La tendance actuelle est à l'accroissement de l'énergie embarquée, pour aller plus loin et plus vite, le plomb est donc condamné.
Il y a quelques années pourtant, j'avais pu essayé une Porsche 914 convertie à l'électrique et qui avait des Optima Yellow, et j'en ai un très bon souvenir, mais je n'avais pu vérifier l'autonomie.
Regardez devant vous, le futur arrive.
Répondre