Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

21 années d'expériences pour vous informer.

Rotterdam leader des bus au H2

Sam 01/07/2006   —   Shell et MAN annoncent le projet de faire du port hollandais le champion du monde du transport par autobus sans émissions de dioxide de carbone.
Le projet n'est cependant pas encore approuvé. L'étude de faisabilité vient juste de commencer, et à priori, la décision de lancement, n'est attendue que pour 2007, avec une mise en service des autobus 2 ans plus tard. C'est le temps qu'il faut pour construire une station d'hydrogène, et fabriquer pas moins de... 20 bus ! Ce seraient des MAN, qui seraient gérés et conduits par la compagnie hollandaise de transports publics Connexxion Holding N.V., et qui se ravitailleraient à une station Shell. Des services similaires sont déjà en place à Munich (ci-dessous à droite), avec 2 bus, qui ont déjà parcouru plus de 450 000 km, tandis que 2 autres sont entrés en service à Berlin le 1er juin (ci-dessus à gauche).

Douze autres autobus vont progressivement entrer en service dans la capitale allemande, pour aboutir à une flotte de 14. C'est le record, 14 autobus à hydrogène dans une même ville, mais il ne tiendrait pas 12 mois, si ce projet hollandais est validé, comme il a aujourd'hui toutes les chances de l'être. La raison de cet optimisme est que ces bus n'utilisent pas de pile à combustible (PAC), mais un classique moteur thermique à combustion interne, avec l'avantage d'être de ce fait nettement plus abordable.

MAN avait mis en service expérimental un premier bus à hydrogène en 1996, et maintenant, avec plus de 10 ans d'expérience, et ce possible nouveau contrat de 20 bus, le constructeur allemand pourrait avoir les moyens de faire passer ses bus à hydrogène du statut de véhicule hors-série, à celui de modèle inscrit au catalogue, accessible à tout exploitant.

Deux versions existent (indépendemment des multiples possibilités d'aménagement intérieur), l'une avec un moteur atmosphérique, l'autre turbocompressé. La base est un 6 cylindres en ligne, 12,8 litres de cylindrée, avec allumage commandé. Le premier moteur possède une culasse à 2 soupapes par cylindre, et avec une injection séquentielle, il est donné pour 204 ch à 2200 tr/mn, avec un couple de 760 Nm à 1000 tr/mn. Quant au second moteur, avec 4 soupapes par cylindre, une injection directe et un turbo, il donne 272 ch à 2200 tr/mn, avec un couple de 1000 Nm à 1000 tr/mn. Les bouteilles d'hydrogène sont positionnées sur le toit, comme un bus au gaz naturel, et à terme, avec juste des réservoirs à une pression un peu supérieure, les bus à hydrogène ne devraient être que marginalement plus chers que leurs équivalents au gaz naturel.


Rubrique(s) et mot(s)-clé : autres-marques-artisans ; transports-en-commun ; hydrogene-combustion-interne