Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

L'autobus électrique va t-il conduire au nucléaire ?

Lun 27/09/2021   —   Il n'y a plus de problèmes de véhicule.
autobus électrique Jewel E par Equipmake avec BeulasCela fait plusieurs années que l'on parle d'autobus électriques, il y en a d'ailleurs déjà quelques unités en service régulier dans de nombreuses grandes villes européennes. Une nouvelle étape vient d'être franchie par Equipmake, un spécialiste anglais de la propulsion électrique, associé pour l'occasion avec Beulas, un constructeur espagnol d'autobus. Ils ont réalisé un autobus à impériale. Les fameux autobus à étage qui auront longtemps fait la renommée de la capitale anglaise. Ils seront toujours là dans le futur, puisque voici un autobus à impériale zéro émission, électrique sur batterie. On penserait que son autonomie est très faible, mais non. Elle atteint 400 km. Ou de quoi répondre aux besoins de n'importe quel autobus urbain.
autobus électrique Jewel E par Equipmake avec BeulasOn pourrait alors croire que tous les problèmes sont réglés, que toutes les communes vont pouvoir remplacer leurs autobus diesel par ces nouvelles machines électriques, que les véhicules sont au point, mais ce n'est pas si simple. Il y a d'abord le prix. Une Rolls Royce n'est pas chère, comparée à cet autobus. Et plus grave, il y a celui de la recharge. L'engin possède en effet une batterie d'une capacité de 543 kWh, ce qui est équivalent à une dizaine de Renault Zoé. On songera ensuite à l'organisation d'un service d'autobus, où entre le moment où le dernier chauffeur ramène le véhicule au dépôt, et celui où le premier le reprend au matin, il y a à peine 6 heures pour faire une recharge complète. La chose est donc tout à fait possible avec une borne de 150 kW. Et s'il y a une flotte de 10 autobus, il faudra une puissance de 1,5 mégawatt. C'est possible. Le souci est qu'à Londres ou Paris, il y a plusieurs milliers d'autobus en usage quotidien.
autobus électrique Jewel E par Equipmake avec BeulasLa quantité d'électricité qui serait nécessaire pour recharger des milliers d'autobus est franchement énorme, et s'agissant d'un service public quotidien, dont on attend un minimum de régularité dans les horaires de fonctionnement, il faudrait de très, très lourds investissements pour la trouver dans les énergies renouvelables, même couplées avec des batteries stationnaires (qui elles aussi seraient terriblement coûteuses), ou en recourrant à l'hydrogène comme moyen de stockage d'énergie. La chose n'est cependant pas impossible, ce n'est qu'une question de moyens, et de volonté politique. La Chine a elle résolu ce problème sans complexe, avec des autobus électriques alimentés par des centrales au charbon, ce qui ne nous paraît pas être une bonne idée. Alors à moins d'être partisan du nucléaire, pour faire simple, il faudrait peut-être réévaluer la solution du diesel à l'huile végétale, ou avec un biogazole de nouvelle génération.



Rubrique(s) et mot(s)-clé : autres-marques-artisans ; transports-en-commun ; ecologie