Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Le VW Touareg peut tracter un Boeing

Jeu 23/11/2006   —   Au registre des records les plus fous, le Volkswagen Touareg vient de franchir un cap qu'on croyait infranchissable : tracter un Boeing 747 !
La voiture est un Volkswagen Touareg V10 TDI, l'objectif est de montrer le potentiel énorme de son moteur. Cette voiture est strictement de série, sinon pour sa démultiplication finale, qui a été raccourcie de 3,27 à 4,56, et la pression de ses pneus, qui ont été gonflés à 4,5 bars. Mais tout le reste de l'auto est d'origine, la suspension à air à assiette constante, les jantes, les pneus, et même le crochet d'attelage ! Encore que, pour le stabiliser par rapport à sa remorque, le Touareg a été lesté. Des grosses barres d'acier ont été attachés derrière son parechocs avant, derrière son moteur, et on a rempli l'habitacle de sacs de billes d'acier de 25 kg chacun.

Avec ce ballast et son chauffeur, le Touareg a été pesé à 7030 kg. 2755 sur l'essieu avant, et 4275 kg sur l'essieu arrière. Sur la carte grise pourtant, le Touareg ne doit pas dépasser 3100 kg, mais il a tenu, il pouvait rouler aussi bien en marche avant qu'en marche arrière. Et c'est une marche arrière que le chauffeur, Uwe Krieghoff, a effectué, pour venir se garer juste devant le Boeing 747-200 qui l'attendait. Cet avion date de 1978, il vient d'être mis à la retraite, et ses moteurs ont été démontés, mais tous les sièges sont encore là, les réservoirs sont remplis de 28 000 litres d'eau, et il pèse 155 tonnes. Le chauffeur fixe l'attelage, et remonte dans l'auto.

Uwe Krieghoff démarre, il choisit les rapports courts (réduction de 2,7), met la boite automatique sur le second rapport (elle en compte 6), et accélère doucement. Ca roule. Le Touareg a parcouru 150 mètres avec le 747 derrière lui, à 7/8 km/h, avant de freiner doucement pour arrêter l'auto avec l'avion qui est resté bien en ligne derrière. La piste était trempée, mais à aucun moment le Touareg n'a fait ciré ses pneus, il est parvenu à mettre en mouvement l'avion, dont les 18 pneus devaient pourtant possèder une inertie énorme.

Volkswagen peut-être fier de la robustesse de sa voiture, mais nous pensons qu'il faut s'interroger sur le laxisme des réglements. Il nous semble anormal qu'un engin capable de tracter un Boeing 747 de 155 tonnes soit en vente libre, et conduisible par n'importe quel détenteur d'un simple permis B, dés 18 ans. Pour les besoins normaux d'un automobiliste, une Golf ne suffit-elle pas ?


Rubrique(s) et mot(s)-clé : Volkswagen ; carburant-energie