Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Le downsizing, ou quand McLaren se permet de se moquer de Ferrari et Lamborghini

Dim 12/08/2012   —   Un peu facile...
V12 LamborghiniFerrari 375 MM 1955Antony Sheriff, le directeur éxécutif de McLaren a n'est pas tendre avec les moteurs V12 dans une interview qu'il a accordé au quotidien hollandais De Telegraaf. Il y dit que le V12 est un moteur du passé, qui appartient désormais au musée. Il n'a pas totalement tort. C'est un fait que par rapport à un V8 de même puissance, un V12 sera toujours nécessairement plus long, plus lourd, avec plus de frictions internes, donc moins efficient. On connait les bienfaits du downsizing. Et il suffit de voir les performances incroyables d'une Nissan GT-R avec un V6 suralimenté. Mais les dires de M. Sheriff ne font que justifier le choix de McLaren d'un V8 suralimenté, quand Ferrari et Lamborghini (V12 de l'Aventador en haut) sont restés fidèles au V12.

Les clients ne sont-ils pas capables de faire la différence ? S'agissant de voitures exceptionnelles, l'argument qu'une McLaren MP4-12C soit plus sobre qu'une Lamborghini Aventador n'a aucune valeur pour la clientèle. Et on ne serait pas surpris d'apprendre que les clients Ferrari et Lamborghini sont prêts à payer plus cher, précisément pour avoir un gros V12 atmosphérique, plutôt qu'un moteur turbocompressé avec moins de cylindres. Le downsizing est très effectif chez Ford, quand il a remplacé son 4 cylindres 1600 par un 3 cylindres turbo sur la Focus, mais dans le domaine des supercars, la logique rationnelle n'est pas toujours effective. Et le gros V12 d'une Ferrari 375 MM de 1955 (notre illustration), n'est pas pour rien dans l'immense désirabilité de cette auto aujourd'hui.


Rubrique(s) et mot(s)-clé : autres-marques-artisans ; essence-diesel ; hautes-performances