Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Scandale des diesels Volkswagen : pourquoi incriminer Bosch ?

Dim 21/08/2016   —   L'argent unique motivation.
ECU BoschL'affaire des Volkswagen avec un logiciel de gestion truqueur est encore loin d'être close. Des procédures judiciaires sont en cours dans plus de 10 pays, et aux Etats-Unis, les avocats des clients de Volkswagen ont franchi une nouvelle étape. Ils ont nommément accusé Bosch d'avoir participé au développement du logiciel truqueur. L'accusation n'est pas sans fondement, puisque les voitures dotées du logiciel truqueur possèdent toutes un boitier de gestion électronique moteur fabriqué par Bosch. Mais Bosch fournit ce même matériel à d'autres constructeurs sans que leurs produits présentent la moindre irrégularité. Si on compare avec un ordinateur, les boitiers de gestion moteur sont des unités centrales sans aucun logiciel, ni même de système d'exploitation. Les quelques lignes de code livrées en standard ne sont qu'un Basic Input Output System sur lequel le constructeur automobile va écrire son propre logiciel de gestion moteur.

Le constructeur automobile peut cependant demander au fabricant du boitier de l'assister pour écrire le logiciel de gestion. Il semblerait que ce soit le cas ici. VW pourrait avoir demandé à Bosch sa participation dans l'écriture du logiciel truqueur. VW aurait aussi demandé l'aide de Bosch pour entreprendre les démarches d'homologation. Mais dans tous les cas, le constructeur auto est le donneur d'ordre, et Bosch, un prestataire. Car qu'est-ce que cela change pour l'automobiliste ? Les voitures ayant été homologuées comme Volkswagen, vendues comme Volkswagen et immatriculées comme Volkswagen, toute la responsabilité du produit fini échoit à Volkswagen, et à lui seul.

Les avocats américains doivent très bien le savoir. On suppose alors qu'ils veulent gonfler l'affaire (comme si elle n'était pas déjà énorme), et chercher à établir qu'il y a eu crime en bande organisé, ce qui ouvrivrait la porte à des dommages et intérêts plus importants...


Rubrique(s) et mot(s)-clé : Volkswagen ; normes-antipollution