Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

Conduite autonome : Elon Musk pas du tout d'accord avec Price Waterhouse Cooper

Lun 07/12/2020   —   Qui a raison ?
Elon MuskPrévoir l'avenir a toujours été difficile. En 2010, personne n'avait prévu que 10 ans plus tard, la part de marché du diesel aurait baissé de plus de moitié. Et avec la pandémie en cours, qui aura causé une baisse des immatriculations de voitures neuves de plus d'un quart dans l'Union Européenne, ils ne sont pas nombreux ceux qui se risquent à faire des prévisions. C'est pourtant le travail d'un cabinet d'expertise comptable et d'intelligence économique comme Price Watherhouse Cooper (PWC). PWC vient de publier un cahier Digital Auto Report 2020, et on y trouve plusieurs idées intéressantes. Par exemple celle que l'Europe sera le leader mondial de la mobilité électrique, avec en 2030, une part de marché des voitures électriques supérieure à celle de la Chine, et surtout des Etats-Unis. PWC reste pourtant modérément optimiste, puisqu'il ne prévoit qu'une part de marché de 34 % pour les électriques, en Europe en 2030 (ce devrait être plus proche des 50 % selon nous).

Mais là où PWC choque, est lorsqu'il dit que les voitures à conduite totalement autonome, n'auraient qu'un seul petit pourcent du marché en 2035, en Europe. Elon Musk est en totale opposition, puisqu'il se dit très confident (lors des Axel Springer Awards) en ce qu'il pourra proposer une faculté de totale autonomie pour ses clients d'ici l'année prochaine. Et que presque toutes les voitures auront cette faculté d'ici 10 ans ! Sauf que le patron de Tesla est assez connu pour ne trop respecter ses deadlines. Il est facile de remonter aux présentations du poids lourd Tesla, ou du roadster II, qui étaient censé être en production en cette fin de 2020...

Mais pour revenir à la conduite autonome, le constructeur de Californie l'a déjà annoncé plusieurs fois, avant de la repousser. On prendra donc la date de 2021 avec des pincettes, mais Tesla n'est pas tout seul. Tous les constructeurs travaillent à la conduite autonome, les tests se multiplient, et les progrès sont réels. Annuels. Reste que PWC peut avancer que les finances des constructeurs ont été mises au plus mal par la pandémie en cours, surtout qu'elle est loin d'être finie, et que contraints par le législateur européen à développer des motorisations électriques, ils n'auront plus les budgets pour développer la conduite autonome... La technologie nécessaire est aussi très chère, et on ne sait pas précisément quand elle deviendra abordable. Alors même si on voudrait croire Elon Musk, on se montrera d'un optimisme prudent.


Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : Tesla ; conduite-autonome