Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Ford fait breveter un moteur à hydrogène à mélange hyper pauvre

Dim 10/04/2022   —   Un moteur à 5 temps ?
Ford Mustang Shelby GT500Après BMW et Toyota, Ford poursuit ses recherches sur le moteur à combustion interne alimenté par de l'hydrogène. On le sait depuis longtemps, il est possible de convertir n'importe quel moteur à allumage commandé à l'usage de l'hydrogène. La difficulté est d'obtenir un bon rendement. D'après Muscle cars & Trucks, Ford aurait trouvé un truc. Le constructeur américain a choisi de focaliser ses recherches sur le fonctionnement en mélange pauvre. Dans un moteur essence, il existe un rapport idéal entre la quantité d'essence et la quantité d'air nécessaire pour assurer une combustion parfaite. Et pour consommer moins, on tentera de réduire la quantité d'essence tout en augmentant la quantité d'air. La combustion sera théoriquement moins bonne, mais on compensera avec un pilotage électronique plus fin, et un traitement renforcé de la dépollution des gaz d'échappement.

On peut faire la même chose avec l'hydrogène, et c'est même plus facile, puisque l'hydrogène est plus aisément inflammable que l'essence, et la dépollution aussi est plus simple, du fait de l'absence de toute molécule de carbone. Ford serait parvenu à un résultat incroyable, en maîtrisant une combustion qui mélange un volume d'hydrogène, avec 68 volumes d'air ! Comment fait-il, c'est avec une gestion moteur d'une précision extrême qui inclut une injection directe, pour contrôler distinctement l'arrivée d'air et celle d'hydrogène, une forte recirculation des gaz d'échappement pour aider à réduire la température de combustion, et une admission en 2 étapes. On pourrait là parler de moteur à 5 temps, puisque les motoristes de Ford ont mis au point une distribution double, avec la soupape d'admission qui se lève une première fois, puis qui se referme, et qui se relève une seconde fois dans le même cycle, avant que ne bouge la soupape d'échappement. Combustion à étage, combustion cadencée, on peut décrire cela de nombreuses manières, mais on retiendra surtout 2 choses.

La première est que cette technologie n'est pour l'heure qu'expérimentale, et que si elle doit jamais sortir du laboratoire pour arriver sur une voiture de série, ce ne sera pas avant des années. Mais la seconde, plus importante, est que le moteur à piston, la mécanique (!) a encore de belles heures devant elle, et que sa marge de progression reste très importante.

Illustration, une Ford Mustang Shelby GT500, avec le rêve de voir une version zéro émission de CO2 de ce modèle.

Le progrès technologique va t-il faire gagner l'hydrogène dans les moteurs thermiques ?



Rubrique(s) et mot(s)-clé : Ford ; hydrogene-combustion-interne