Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

21 années d'expériences pour vous informer.

La norme Euro VII, vraies et fausses vérités

Lun 29/05/2023   —   Victime de l'inflation ?
moteur 6 cylindres Mercedes M 256On le sait, les émissions de polluants toxiques par les échappements des voitures thermiques sont règlementées depuis des décennies, et de manière de plus en plus stricte. L'Europe avait commencé avec la norme Euro I, et une nouvelle norme Euro VII devrait entrer en vigueur dans 2 ans. Mais la semaine passée, dans un mouvement exceptionnel, 8 pays se sont déclarés contre le projet de la nouvelle norme antipollution. Ce sont la Bulgarie, la France, la Hongrie, l'Italie, la Pologne, la Roumanie, la Slovaquie et la Tchéquie. Ils avancent des arguments, les fonctionnaires de Bruxelles en ont d'autres, comme les constructeurs. Essayons de démêler le vrai du faux.

Des hausses de prix

Tout a un coût. Que ce soit un revêtement plus luxueux pour les sièges ou un nouvel équipement technologique, cela fait augmenter les prix, à un moment où ils ont déjà nettement augmentés. Il y a de moins en moins de voitures à moins de 20 000 €, il y en aura encore moins si la norme Euro VII entre en vigueur comme prévu. C'est alors logique que des politiques s'emparent du sujet. L'inflation et le pouvoir d'achat sont des sujets qui concernent toute la population.

Des hausses de combien ?

C'est principalement là qu'il y a désaccord. Bruxelles avait calculé un surcoût de 180 à 450 €, mais le cabinet Frontier Economics a établi que le surcoût serait de 1862 € pour une voiture essence, et de 2629 € pour une voiture diesel. Soit des sommes très substantielles. Remplacement du système de gestion moteur par un plus performant, ajout de nouveaux capteurs, ajout d'un nouveau catalyseur... En fait, il y a beaucoup de possibles, tout dépend de la base.

Des moteurs très inégaux

Le 6 cylindres en ligne M 256 de Mercedes (illustration) est une très belle pièce de mécanique. Introduit en 2017, il a été pensé dès le départ pour des applications hybrides, comme pour une évolution des normes antipollution. Ce sera assurément l'un des moteurs les plus faciles à adapter à la nouvelle norme Euro VII. Tout à l'opposé, le 1.5 dCi de Renault est un moteur qui a plus de 20 ans. Son constructeur a su le modifier pour qu'il soit respectueux des normes Euro V et Euro VI, mais il est difficile d'imaginer que ce soit encore possible pour Euro VII. Il serait presque plus simple de concevoir un moteur entièrement nouveau, avec un nouveau cahier des charges. Pour shématiser, le coût d'adaptation d'un moteur à la nouvelle norme est proportionnel à son âge. Plus un moteur est de conception ancienne, plus il sera cher de l'adapter.

Les petites voitures plus impactées que les grosses

C'est malheureusement un fait que les grosses voitures ont presque toujours une technologie plus moderne, plus performante et plus sophistiquée que les petites autos les plus accessibles. C'est dire qu'il y aura un moindre travail de développement à faire pour adapter une grosse voiture qu'une petite. Avec en sus les différences de tarif, cela signifiera que une grosse voiture, le surcoût pour la norme EuroVII augmentera le prix de l'auto d'à peine 0,5 %, alors que cela pourra atteindre 7/8 % sur une petite auto.

Un retour sur investissement impossible

C'est peut-être là le plus grave. Car si les constructeurs ont les moyens d'investir dans des améliorations moteur pour être dans les clous de la nouvelle norme, il est évident qu'ils n'investiront que s'ils peuvent rentrer dans leurs investissements. Mais le Royaume-Uni a déjà dit qu'il allait interdire les voitures thermiques dès 2030. Et si le cap est fixé en 2035 pour l'union européenne, de nombreuses marques, comme Opel ou Alfa Romeo, ont déjà annoncé qu'elles ne vendraient plus que des électriques à compter de 2028. Cela laisse très, très peu de temps pour rentabiliser les investissements du passage à Euro VII.


Alors que l'industrie automobile doit investir des sommes colossales dans l'électrification, et que les chinois ont mis un premier pied sur le marché européen, cette norme Euro VII arrive comme un cheveu sur la soupe. La France a choisi de la rejeter, c'est une décision compréhensible.



Rubrique(s) et mot(s)-clé : Mercedes ; normes-antipollution