Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

Le plan national pour le développement des électriques et hybrides rechargeables

Un plan national pour développer les véhicules propresRéjouissances et inquiétudes
Infos exclusives


3 membres du gouvernement, Chantal Jouanno, Christian Estrosi et Jean-Louis Borloo, étaient réunis pour lancer un programme ambitieux : le plan national pour le développement des véhicules électriques et hybrides rechargeables. Un vaste projet, fruit d'une concertation entre le gouvernement et quelques gros industriels, et eux seuls, nous le constaterons plusieurs fois. Articulé en 14 points, le plan nourrit de grandes ambitions, puisqu'il vise l'objectif de 2 millions de voitures électriques ou hybrides rechargeables sur les routes de l'hexagone en 2020. Avec plus de 500 000 immatriculations de voitures neuves électriques ou hybrides rechargeables par an, à compter de 2025. Pour y parvenir, peu d'idées nouvelles, mais une forte volonté politique, qui se traduira par la mise en place de centaines de milliers de bornes de recharge, une politique d'achat volontariste de la part de l'état et des entreprises publiques, avec de belles concessions aux industriels, mais sans que l'état ne perde le Nord.

Un plan national pour développer les véhicules propresLes infrastructures de recharge forment la partie la plus impressionnante du fait de leur taille. La vision du gouvernement est de 975 000 bornes de recharge en 2015 (cumul courant standard, et courant fort pour recharge rapide), de 4 400 000 bornes en 2020, et de 9 900 000 en 2025. Ces bornes seront partout. Avec une priorité pour le parking principal du véhicule, mais aussi sur des parkings urbains, ou de supermarchés. L'ADEME lancera dés l'année prochaine un appel à projets, avec un budget démonstrateur de 70 millions d'euros. La politique de déploiement sera variable selon les acteurs. D'un côté, les collectivités locales sont invitées à mettre en service des bornes sur leurs territoires, tandis qu'à l'autre bout, le particulier en copropriété bénéficiera d'un droit à la prise, par lequel on ne pourra lui refuser la pose à ses frais d'une prise pour sa voiture, sur le parking de son immeuble.

Un plan national pour développer les véhicules propresD'autres n'auront pas le choix, ce seront les promoteurs immobiliers, qui devront prévoir des prises sur les parkings des nouvelles constructions à compter de 2012, et les entreprises qui d'ici 2015 devront équiper les parkings qu'ils mettent à la disposition de leurs employés. Côté achat, la Poste doit servir de catalyseur, et de fédérateur. C'est à dire que les postiers vont donner l'exemple, avec une très importante commande de véhicules électriques (on a déjà entendu cela...), et que dans leur sillage, ils vont entrainer les collectivités territoriales, l'état, et des grosses entreprises comme Veolia, France Telecom ou Darty. Tout cela doit aboutir à un volume de commandes dont le chiffre d'affaires doit faire saliver les constructeurs. Les ventes seront facilitées par le super bonus de 5000 € pour les autos qui rejettent moins de 60 g/km de CO2. Il est maintenu au moins jusqu'en 2012, et il semble acquis que ses principaux bénéficiaires seront des entreprises. Tant mieux pour elles, et merci à elles, car c'est grâce à ces grosses commandes, que les constructeurs automobiles oseront proposer des électriques aux particuliers.

Un plan national pour développer les véhicules propresTout ceci est donc très positif, mais le plan du gouvernement possède encore de grandes zones d'ombre. C'est ainsi que pour bien faire les choses au niveau de la sécurité, le gouvernement a validé l'idée que « la prise doit être dédiée à la recharge des véhicules, aussi bien à domicile que dans les autres lieux de charge ». Et que pour les recharges soient pratiques, il faut qu'il y ait une « une empreinte de prise unique quelque soit la puissance de charge ». Autrement dit, les voitures électriques de demain seront équipées d'une prise qui permettra aussi bien de se connecter à une prise 16 A, qu'à une prise 64 A, qui permettra une recharge 4 fois plus rapide. Revers de ce choix technologique, les voitures électriques ne pourront plus être rechargées à n'importe quelle prise de courant, mais uniquement aux prises spécifiques pour les voitures. Tout ceci fait réfléchir, mais le gouvernement est très clair. Il a validé l'idée abominable que « La recharge électrique est un “service de mobilité” et non un simple achat d'énergie ». Il faut comprendre que ce qui se prépare est que l'électricité destinée aux voitures ne sera pas au même tarif que celle des usages domestiques.

Un plan national pour développer les véhicules propresLes travaux préparatoires de la norme qui va définir les caractéristiques de la future prise pour les voitures, a même déjà prévu des modulations de tarif, selon que le client soit, par exemple, un agent de la voirie (tarif réduit), ou un automobiliste particulier (tarif plein pot). Le plan gouvernemental approuve ensuite l'idée d'une communication entre le véhicule et la borne, pour « transmettre les informations utiles à la gestion de la charge ». Ceci n'a rien d'indispensable. Techniquement, le chargeur intégré au véhicule peut être programmé pour tirer seul le courant le plus fort possible de la borne, et répartir la charge entre les différentes cellules de la batterie. Le gouvernement a plutôt retenu ce principe avec l'idée de permettre aux électriciens de proposer des « des offres innovantes, la simplification de la tarification pour l’usager ». En fait de simplicité, le bon exemple est l'essence. On paye avec le moyen de paiement de son choix, de manière anonyme avec des espèces, ou par chèque ou carte de crédit. Les voitures électriques n'offriront probablement pas ce choix.

Un plan national pour développer les véhicules propresLa situation sera ici plus proche de celle de la téléphonie mobile, avec prélèvement automatique mensuel, et un opérateur lointain dans un centre d'appel, bien poli, mais parfois abruti (!), pour régler les conflits de facturation ou autre. Chaque voiture aura un identifiant électronique unique, et toutes les recharges seront consignées dans une base de données. Le gouvernement pourrait-il garantir une possibilité de recharge anonyme ? C'est là tout le tort de ce projet gouvernemental, d'être destiné à des millions de consommateurs automobilistes, mais d'avoir été élaboré sans aucun représentant d'une quelconque association de consommateurs. On s'interroge aussi sur l'origine des centaines de millions d'euros que va recevoir ERDF (le service public de distribution d'électricité) pour bâtir l'architecture des millions de bornes de recharge, et si on pourra choisir son fournisseur d'électricité à la borne ? Enfin, quid de la dimension écologique du projet ? La voiture électrique est avantageuse si les recharges s'effectuent aux heures creuses, de 0 h 30 à 6 h 30. Ce qui se prépare permettra de recharger à toute heure... Un ministre pourrait-il déclarer que les recharges des voitures seront interdites, lors des pics de consommation d'électricité ? Parce que si la voiture électrique doit servir d'alibi à la construction de nouvelles centrales nucléaires, le nombre d'écologistes qui la soutiennent va s'effriter...

Le plan national pour le développement des véhicules électriques et hybrides rechargeables va clairement dans le bon sens, en voulant réduire les émissions de CO2 dûes au transport routier, ainsi qu'en renforçant l'industrie par des subventions pour développer une filière batteries en France. Il serait regrettable que ces progrès soient mal accompagnés.

Crédits photos : MEEDDM - Gérard Crossay.







Dernières actualités de l'écologie automobile :


27-09-2020 — DS, un exemple de la France qui gagne — L'électrique qui va vite.

26-09-2020 — Ford Mustang Mach E, déjà des records en accélération — La Ford la plus attendue.

25-09-2020 — Peugeot 508 PSE : le lion va t-il réussir le challenge impossible ? — Une hybride survoltée.

24-09-2020 — Arkana, un SUV coupé pour faire valoir la technologie hybride de Renault — La quatrième E-Tech.

24-09-2020 — La journée de la batterie selon Tesla, Elon Musk dit la messe — Des promesses impressionnantes.

24-09-2020 — Volkswagen ID.4, l'électrique mondiale — Devant l'ID.3.

23-09-2020 — MG5, un break électrique chinois pour l'Europe — Le seul break électrique du marché.

22-09-2020 — Malus au poids, une lourde erreur ! — Encore une nouvelle taxe ?

20-09-2020 — Lucid, déjà un second modèle — En développement.

20-09-2020 — Journées du patrimoine, les françaises électriques à l'honneur — A l'Elysée.

19-09-2020 — La Toyota Yaris certifiée "Origine France Garantie" — Face aux françaises qui ne le sont plus.

18-09-2020 — Butagaz aussi, un exemple pour les opérateurs de bornes de recharge — La voiture électrique en retard.



Nos derniers essais :


Suzuki Swift, BM5, CVT & AllGrip
Suzuki Swift, BM5, CVT & AllGrip
— La sécurité des 4 roues motrices à bon prix.

Suzuki ; faible-consommation
Kia XCeed hybride rechargeable : prise en mains
Kia XCeed hybride rechargeable : prise en mains
— Design percutant et propulsion efficace pour ce crossover.

Kia ; voiture-hybride-rechargeable
DS3 E-TENSE - Essai détaillé
DS3 E-TENSE - Essai détaillé
— Son objectif est de séduire.

DS ; voiture-electrique
Ford Kuga hybride rechargeable 225 ch - Essai détaillé
Ford Kuga hybride rechargeable 225 ch - Essai détaillé
— 2 avancées majeures pour l'électro-mobilité.

Ford ; voiture-hybride-rechargeable
Toyota C-HR Hybride 184 ch - Essai détaillé
Toyota C-HR Hybride 184 ch - Essai détaillé
— L'écologie qui a le look et le rythme.

Toyota ; voiture-hybride
Peugeot 3008 Hybrid4 300 ch - Essai détaillé
Peugeot 3008 Hybrid4 300 ch - Essai détaillé
— Le charme discret de l'écologie canaille.

Peugeot ; voiture-hybride-rechargeable
Peugeot e-208 - Essai détaillé
Peugeot e-208 - Essai détaillé
— La plus fun des petites électriques.

Peugeot ; voiture-electrique
Ford Puma EcoBoost 155 ch Hybrid 48V
Ford Puma EcoBoost 155 ch Hybrid 48V
— Un SUV sportif hybride ? Une auto couteau suisse.

Ford ; voiture-hybride
Seat Arona TGI au GNV
Seat Arona TGI au GNV
— La voiture au gaz de monsieur tout le monde.

Seat ; biogaz-biomethane-GNV-renouvelable