Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

Le président Bush parle de voiture. Bof.

Jeu 25/01/2007   —   C'est en janvier que le président des Etats-Unis prononce son plus important discours de l'année. Le « disco
« C'est notre intérêt vital de diversifier les sources d'énergie de l'Amérique... » Dominique de Villepin et Jacques Chirac ont déjà dit la même chose pour la France (l'opposition aussi, maintenant, et il y a quelques années quand elle était au pouvoir), qu'il fallait développer le solaire et l'éolien, mais George Bush n'a toujours pas fait remonter sur le toit de la Maison Blanche les panneaux solaires que Jimmy Carter avait fait installer, et Ronald Reagan désinstaller. Il y en a à l'Elysée ? M. Bush a ajouté à ce programme le nucléaire et le charbon propre pour produire l'électricité dont son pays a besoin. Et pour ce qui est des carburants automobiles, le président a largement évoqué l'éthanol, qui connait une croissance formidable, qui va se prolonger, et le biodiesel, expliquant qu'il fallait développer l'usage du diesel, et il a fixé un objectif. Réduire de 20 % la consommation d'essence aux Etats-Unis d'ici 10 ans. Il faut bien comprendre que cela ne veut pas dire réduire de 20 % la consommation d'énergie.

M. Bush a précisé sa pensée avec un projet de fixer par la loi, une obligation de 35 milliards de gallons de carburants « renouvelables et alternatifs » en 2007. Notons bien le mot alternatif, qui signifie en anglais comme en français : non pétrolier. L'essence produite à partir du charbon est un carburant alternatif, idem le gaz naturel. L'éthanol fera la majeure partie des 20 % pris à l'essence, mais il ne sera pas seul. Le discours du président était sans ambiguïté, son objectif était nettement plus attaché à la sécurité énergétique qu'à la sauvegarde de l'environnement. Il a d'ailleurs dit qu'il fallait accroître la production de pétrole de son pays, cela ne peut se faire qu'en allant forer en Alaska, dans des zones protégées.

Le président Bush a cependant proposé 2 bonnes choses : le développement de véhicules hybrides rechargeables (c'est justement en cours), et une réforme des standards de consommation moyenne auxquels sont soumis les constructeurs (ils sont très laxistes), avec l'objectif de réduire leur consommation de 5 % d'ici 10 ans. La Chevrolet 2017 devra consommer 5 % de moins que la Chevrolet 2007 ! C'est violent comme objectif ! Les ingénieurs Chevrolet sont heureusement plus ambitieux que cela...

Le discours intégral du président Bush (en anglais).

Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; politique-transport_monde