Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

L'Europe met la honte aux américains

Jeu 20/12/2007   —   Le Congrès des Etats-Unis a voté une loi qui va obliger les constructeurs à produire des voitures plus sobres. C'est une gigantesque farce qui ridiculise l'Amérique, pendant que l'Europe arbore le costume de leader écologique.
S'il y avait un doute sur le fait que les américains se moquent du réchauffement planétaire, il est définitivement levé avec la législation que le Congrès a voté cette semaine. Que dit le texte de loi ? Il dit que le Corporate Average Fuel Economy (CAFE), soit la moyenne obligatoire de consommation officielle par constructeur va être diminué. Cette moyenne a un caractère obligatoire, elle s'imposera à tous les constructeurs, et son principe est que si la moyenne est de 10 l/100 km, un constructeur a le droit de vendre une voiture qui en consomme 15, à la condition qu'il vende dans le même temps une voiture qui n'en consomme que 5. Vieux principe, puisque la legislation CAFE est ancienne, elle date de 1975. Elle avait suivie la première guerre du pétrole, mais elle n'avait jamais été modifiée depuis lors. Le Congrès a décidé cette semaine de la porter à 35 MPG en 2020. 35 miles par gallon, qui font en litre aux cent de chez nous : 6,72 l/100 km. Donc en 2020, dans 13 ans (!), la voiture américaine moyenne ne devra pas consommer plus de 6,72 l/100 km.

Les partisans du projet disent que c'est une véritable révolution, pendant que les constructeurs américains expliquent qu'il va falloir repenser tous leurs plans produits, que cela va nécessiter des investissements colossaux, et que la prix des voitures va augmenter de par les technologies super sophistiquées dont il va falloir les doter. Moteur Nature est un site en français, et nous savons que peu d'américains parlent notre langue, mais nous voudrions leur dire qu'aujourd'hui déjà, une Peugeot 308 1.6 VTI 120 ch (photos) est au-delà de la moyenne américaine de 2020. Ce n'est pas une auto hybride, et elle n'a pas non plus de technologies exceptionnelles ou simplement très coûteuses, sinon peut-être son injection directe. C'est une voiture de grande série qui ne consomme que 6,7 l/100 km en moyenne officielle, et ce serait minable si en 2020, les constructeurs américains ne savaient pas faire mieux. Surtout quand l'Europe va imposer une moyenne de 5 l/100 km en 2012 (environ, ou 47 MPG, 120 g/km de CO2 exactement).

C'est en effet le même jour que le président Bush promulguait la nouvelle valeur CAFE, que la Commission européenne dévoilait sa proposition pour parvenir à une moyenne d'émissions de 120 g/km en 2012. Et surprise, elle est assortie de pénalités financières très, très, élevées pour les constructeurs qui n'atteindraient pas l'objectif de 120 g/km. On peut même s'interroger sur le caractère équitable de ces pénalités, par rapport au coût d'un crédit de CO2 dans l'industrie, ou à la complaisance dont jouit le transport aérien... Ce sont ces amendes qui font se hérisser les constructeurs allemands, qui fabriquent les plus grosses voitures du continent (donc les plus énergivores), et qui expliquent que la proposition aboutirait à les pénaliser, face aux constructeurs français et italiens aux modèles plus petits. Une négociation va s'ensuivre, nous apprécierions qu'il y soit ajouté une incitation aux voitures zéro pollution (électriques ou fonctionnant à l'hydrogène), par exemple en les comptabilisant 2 fois.

Mais d'ores et déjà, l'européen peut s'enorgueillir que tant son industrie, sa législation et ses politiciens soient considérablement plus progressistes que leurs équivalents américains.

Laurent J. Masson



Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; politique-transport_monde ; politique-transport_Europe