Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

2500 radars et 40 000 voitures brûlées

Jeu 03/01/2008   —   Le gouvernement a annoncé le déploiement de 2500 nouveaux radars, il n'a encore rien annoncé contre le fléau des voitures incendiées.
Les forces de l'ordre disposent aujourd'hui en France de 1600 radars, 1000 fixes et 600 mobiles. Cela nous semble déjà beaucoup, mais pas aux yeux du gouvernement, qui avait annoncé juste avant les fêtes la mise en place prochaine de 2500 nouveaux radars. Cela fera plus de 40 radars par département, pour témoigner que le gouvernement met le paquet pour lutter contrer la vitesse. Dans le même temps et le même pays, Le Figaro estime que plus 40 000 voitures ont été incendiées au cours de l'année 2007 (le chiffre officiel n'est pas encore connu). Ne pourrait-on définir un ordre de priorité, en se basant sur l'idée qu'entre un automobiliste qui roule 5 km/h trop vite, et un jeune qui met le feu à une auto, le second crime est beaucoup plus grave que le premier ? Ajoutons que s'il y a déjà eu des hommes politiques pour suggérer un bridage de toutes les voitures pour limiter leur vitesse, personne (à notre connaissance) n'a jamais rien proposé contre les incendies volontaires.

Des systèmes de caméras qui enregistrent les alentours d'une auto existent pourtant, on pourrait en développer un actionné par un détecteur de chaleur qui prendrait des photos de chaque côté, et les enverrait à un serveur central par un téléphone mobile intégré. L'incendiaire ne serait pas nécessairement visible, ni identifiable, mais il faut faire quelque chose. En imaginant une moyenne de 30 litres d'essence dans ces 40 000 autos incendiées, ce carburant qui brûle générera quelques 720 tonnes de CO2. Un chiffre à multiplier au moins par 4, avec l'ajout des plastiques de l'habitacle et des pneumatiques. On aboutit à 3000 tonnes de CO2, sans compter les bonnes particules émises lors de la combustion des pneus, ni les autres joyeusetés cancérigènes qui résultent du feu des colles qui fixent certains plastiques. Il y a urgence à agir pour des motivations écologiques. Sans ignorer la question de simple police... Retrouver sa voiture brûlée n'est peut-être pas un drame, mais nous ne connaissons pas grand chose qui en soit plus proche.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; ecologie ; securite-routiere