Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

La pollution auto quantifiée avec plus de précision

Lun 23/04/2012   —   Aussi bien les émissions de CO2, que celles des polluants plus toxiques.
EchappementLa pollution auto toxique, on pense principalement aux particules, est une réalité parfois exagérée, parfois minimisée, parce qu'il était difficile de la quantifier. C'est facile de dire que la voiture tue des dizaines de milliers de personnes, mais il est complètement impossible de le prouver. Des chercheurs américains ont pourtant essayé, avec méthode et habileté, puisqu'ils ont su séparer les effets de la pollution causée par les automobiles, de celles des autres sources de pollution, comme l'industrie. Au Royaume-Uni, les chercheurs ont établi que la pollution auto était responsable de 5000 décès prématurés, et les avions (carburant moins bien raffiné, et rejets de combustion non traités) 2000. On peut acheter le détail de leurs travaux ici. Pour ce qui est du décès prématuré, il faut comprendre que la pollution automobile ne tue personne à la manière immédiate d'une arme, mais qu'y être exposé de manière régulière, pendant des années, réduit l'espérance de vie.

Côté CO2 enfin, des chercheurs ont trouvé un moyen de distinguer le CO2 récent, soit celui émis par le cycle régulier de la nature, de celui rejeté par la combustion des énergies fossiles, lesquelles datent de plusieurs millions d'années. La technologie employée est voisine de la datation au carbone 14 dont se servent les archéologues. Détails ici.

Il y a certes encore beaucoup de recherches à faire, mais déjà on se réjouit que ceux qui accusent la voiture de tous les maux, ou ceux qui récusent le changement climatique, auront désormais la partie moins facile.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; ecologie