Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

Les TDI Volkswagen risquent gros aux Etats-Unis

Dim 20/09/2015   —   Diesels qui polluent plus que prévu.
Volkswagen Passat americaineLes voiture à moteur diesel polluent, ce n'est un secret pour personne. Les constructeurs le savent, les législateurs aussi. Ils ont fixé des limites d'émissions de polluants toxiques, avec des tests précis à respecter. C'est précisément là qu'il y a un problème. Aux Etats-Unis, des chercheurs ont établi que des Volkswagen diesel polluaient plus dans la réalité que dans le test officiel. C'est par exemple le cas de la Passat ci-dessus, mais est-ce franchement une surprise ? C'est un secret de polichinelle que les constructeurs optimisent leurs autos pour les tests de mesure. Cela n'est d'ailleurs pas que pour les voitures à moteur diesel. Pour toutes les autos, les chiffres de consommation officiels sont souvent loin de la réalité. Il y a pléthore de publicités pour des voitures qui n'usent que 3 l/100 km mais quel conducteur les atteint en usage normal ? Même les voitures électriques sont concernées par ce problème d'indications qui si elles sont légales, sont fausses dans la réalité. La Renault Zoé vendue avec une autonomie de 240 km, il faut appuyer sur l'accélérateur avec le bout du petit orteil pour les atteindre.

Reste qu'il y a plusieurs méthodes pour optimiser une auto, et Volkswagen serait allé trop loin. Ce sera d'autant plus dommageable pour lui que la justice américaine est plus stricte qu'en Europe sur ces questions. Le constructeur allemand aurait installé dans le module de gestion électronique de ses moteurs, des paramètres qui lui permettent de détecter la procédure d'un test officiel, et qui commanderaient alors une gestion moteur très efficace pour réduire les émissions toxiques, mais distincte de la gestion moteur habituelle, et avec laquelle la voiture polluerait bien plus.

L'instruction est en cours, et la suite pourrait être extrêmement coûteuse pour Volkswagen. Car dans tous les cas, le constructeur devra modifier (à ses frais) toutes les voitures vendues par une mise à jour logicielle, laquelle pourrait entrainer une baisse de performances et/ou une hausse de la consommation. On imagine dans cette éventualité le mécontentement de certains clients... Le pire étant le risque d'une amende fédérale, qui si la tromperie était avérée, pourrait se monter au maximum à 37 500 dollars. Par voiture vendue avec le système incorrect, et il y en a eu 482 000. L'amende pourrait alors atteindre un montant de quelques 18 milliards de dollars, soit presque 16 milliards d'euros.


Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : Volkswagen ; normes-antipollution ; ecologie