Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Tesla avoue que son Autopilot était un mauvais système

Mar 13/09/2016   —   Mais le progrès est en marche.
Tesla en mode AutoPilotElon Musk a annoncé une prochaine mise à jour logicielle de ses autos (version 8.0), et la principale amélioration est au niveau de l'Autopilot. Ce système de conduite semi autonome a prouvé son imperfection, puisqu'il y a déjà eu un mort (Joshua Brown, illustration). Son tort était essentiellement de ne fonctionner qu'avec des données issues des caméras dont est dotée l'auto. Des images que le logiciel interprétait tant bien que mal. Alors que depuis octobre 2014, toutes les Tesla possèdent aussi des radars. Le nouveau système de conduite autonome se basera désormais sur les données des caméras, ainsi que celle des radars.

C'est l'appréciation conjointe de ces données de sources distinctes qui rendra le système beaucoup plus sûr, d'autant plus que Tesla devient prudent. Alors que le système Autopilot dans sa version originale n'avait pas de limite d'attention du conducteur dans son fonctionnement, la nouvelle version en a 2, qui fonctionnent à partir d'un système de détection des mains du conducteur sur le volant. Si le conducteur reste plus d'une minute sans mettre ses mains sur le volant alors que l'auto roule à plus de 72 km/h, et qu'il n'y a aucune voiture devant, ou plus de 3 minutes sans toucher le volant alors que l'auto en suit une autre, l'auto émettra un signal sonore, ou lumineux.

Le nouvel Autopilot Tesla n'est alors plus supérieur à la technologie offerte sur les dernières Mercedes. Quelques clients regretteront assurément la version originale de l'Autopilot, mais la sécurité sera en hausse. Qui osera s'en plaindre ? Certainement pas Elon Musk qui, lors de la conférence de presse de présentation de cette amélioration, a reconnu que si la voiture de Joshua Brown (décédé en mai) avait possédé ce nouveau logiciel, son conducteur serait resté en vie. Dommage pour lui qu'Elon Musk ait refusé d'écouter les conseils de prudence de ses ingénieurs. Tesla n'est donc plus le leader de la conduite autonome, mais on se réjouira que le constructeur rentre dans le rang. Tesla fabrique les meilleures voitures électriques du marché, il n'a aucun besoin de s'affirmer leader sur quelque autre plan. Et d'ailleurs, quand on regarde ses bilans financiers, on voit bien que c'est surtout de normalisation que Tesla a besoin.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : Tesla ; conduite-autonome