Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

L'alcantara s'affirme comme alternative au cuir

Dim 26/03/2017   —   Un matériau qui ne prend rien aux animaux.
AlcantaraLancia Kappa avec intérieur en alcantaraL'usage d'alcantara comme revêtement de siège dans une auto n'a rien de nouveau. L'illustration ci-contre montre une Lancia Kappa de 1995, et cette auto a 300 000 km ! Popularisé par Lancia, et aujourd'hui disponible chez Audi, BMW, Porsche ou Volkswagen, l'alcantara rencontre un succès croissant. Bien sûr, la matière est disponible pour tous les usages, mais ce sont les constructeurs auto qui sont les premiers clients du fabricant. Celui-ci annonce un plan d'investissement de 300 millions d'euros. L'objectif à 5 ans et de doubler la production, ce qui devrait créer 200 emplois sur le site lombard qui le fabrique. La matière étant assez chère, le nombre croissant de voitures utilisant l'alcantara ne se fait pas au détriment du tissu, mais du cuir. On peut donc tous s'en réjouir. De même que le diesel perd des parts de marché, l'emploi de peau d'animal dans les autos devrait suivre le même déclin.

A noter qu'à l'origine, l'alcantara a été inventé par des chercheurs japonais. Mais parce que les nippons n'avaient pas la volonté, ni les facilités pour se lancer dans la production industrielle de cette matière dans leur archipel, c'est une usine italienne qui a toujours assuré 100 % de la production. Mais aujourd'hui encore, l'usine appartient aux japonais.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; ecologie