Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Interdiction des essences et diesel en 2035, c'est quasiment fait

Jeu 09/06/2022   —   La géo-politique pas innocente.
moteur essence qui sera interdit à la vente en 2035 dans l'union européenneNous ne voulions pas y croire. Il y avait eu un vote de la commission climat il y a un mois, mais tout le monde attendait le vote de l'assemblée pleinière. Le vote a eu lieu hier, l'assemblée pleinière du parlement européen a voté l'interdiction de la vente des voitures essence et diesel dans l'union européenne, à compter de 2035. Et l'amendement qui prévoyait une dérogation pour les moteurs prévus pour l'essence synthétique a été rejeté. On peut donc parler de la fin du moteur à combustion interne. Encore que le texte voté n'a pas encore valeur de loi, il doit être validé par les gouvernements des état-membres, mais le pays qui voudra s'y opposer sera en conflit avec le parlement européen, et ce serait fâcheux pour son image. Mais cette décision est-elle démocratique ? On voudrait croire que oui, puisqu'elle est le fruit de représentants élus des peuples européens. Mais c'est de la démocratie indirecte. La démocratie directe aurait consisté à ne pas légiférer, et à laisser les gens adopter d'eux-mêmes les nouvelles technologies.

Ces dernières années, partout en France, les gens ont jeté leurs vieux téléviseurs à écran cathodique pour le remplacer par un téléviseur à écran plat, plus grand et avec une meilleure qualité d'image. Pourtant, les vieilles télés marchaient encore ! Mais quand un truc marche mieux, les gens l'adoptent. Il n'y a besoin de rien d'autre que le progrès. La voiture électrique n'est-elle pas comme cela ?

On imagine que la guerre en Ukraine a joué un rôle, parce qu'au moment où on cherche à réduire, avant de supprimer, les importations d'énergies fossiles russes, c'est un signal fort que de dire qu'en 2035, plus aucune voiture neuve n'en aura besoin. Reste qu'on prend le pari qu'en 2034, il y aura beaucoup de nostalgiques pour acheter les dernières essences disponibles...

Maintenant, est-ce une bonne nouvelle pour l'écologie, il est à ce jour difficile d'en être certain. Il se vend une quinzaine de millions de voitures neuves par an en Europe. Si elles deviennent toutes électriques, il va falloir beaucoup d'électricité, beaucoup de bornes de recharge, et des millions de tonnes de batteries, qu'il faudra recycler proprement après usage. C'est potentiellement un immense progrès, mais il y a du boulot !


Laurent J. Masson




Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; ecologie ; politique-transport_Europe