Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Les éoliennes rapportent des milliards à la France

Lun 25/07/2022   —   De quoi réjouir les contribuables.
éoliennesUne éolienne produit de l'électricité, et à ce titre, elle n'a pas vocation à alimenter les finances publiques. Sur un marché libre comme aux Etats-Unis, des sociétés privées financent des parcs éoliens, et elles se débrouillent (très bien) pour gagner de l'argent en vendant l'électricité aux prix du marché. Tout est différent en France, où les tarifs de l'électricité sont règlementés. L'état achète de l'électricité aux opérateurs de parcs éoliens à un prix fixe et garanti (pendant 15 ou 20 ans), à un tarif qui a été établi il y a plusieurs années. L'année dernière encore, l'état français achetait l'électricité éolienne à un prix supérieur au prix du marché, mais aujourd'hui quand plus de la moitié des réacteurs nucléaires sont en panne, ou en maintenance, et que les centrales au gaz tournent au ralenti du fait de la folie du dirigeant russe, on est dans la situation inverse. Les opérateurs de parcs éoliens peuvent vendre leur électricité à un prix plus élevé que celui fixé par contrat avec l'état, et ils doivent alors reverser à l'état leurs super bénéfices.

Ceci était attendu de longue date. Tout le monde avait vu que la France avait abandonné sa filière nucléaire en faisant des économies sur l'entretien des centrales, et en s'abstenant d'en construire de nouvelles. Mais l'invasion de l'Ukraine par la Russie a précipité les choses, et ce que personne n'avait prévu, est que les éoliennes allaient désormais rapporter des fortunes. D'après la commission de régulation de l'énergie (CRE), les recettes du vent à l'état seraient de 4 milliards d'euros pour cette année, et de plus 3 milliards et demi l'année prochaine. Et cela va durer, parce que si on parle maintenant d'un renouveau du nucléaire dans l'hexagone, c'est pour évoquer un projet de plus de 50 milliards d'euros, qui n'aura aucun début de concrétisation avant le milieu de la prochaine décennie. Sauf à imaginer la disparition de la nuisance russe, les prix de l'électricité ne vont pas baisser.

On se dit alors que c'est le moment d'accélérer sur l'éolien. Est-il bien normal qu'il faille jusqu'à 10 fois plus de temps pour obtenir l'autorisation de construire une éolienne, que pour la construire ? Il faut 10 ans (au moins) pour construire une centrale nucléaire, et seulement quelques mois pour une éolienne. Alors pour faire baisser le prix de l'électricité, tout en rapportant de l'argent de l'état, il faut constituer rapidement une union nationale en faveur de l'énergie éolienne. Les éoliennes terrestres en France ont produit 1452 GWh en France au premier semestre, mais 4151 GWh en Allemagne, sur un territoire plus petit. La marge de progression est énorme.


Laurent J. Masson




Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; ecologie