Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

Le GTL de Shell va couler au Qatar

Sam 29/07/2006   —   L'énorme projet de production de carburants liquides à partir des gisements de gaz naturel du Nord du Qatar a été lancé officiellement cette semaine.
Ce projet est très en retard, avec un budget de développement qui a déjà doublé par rapport aux estimations faites en 2003, et les premiers litres de carburants ne devraient pas être disponibles avant 2009, mais l'annonce de cette semaine doit rassurer les investisseurs : oui, ce projet est digne de leur confiance. Le gismenent est énorme, il est prévu une production de quelques 3 milliards de barrils (en équivalent pétrole) jusqu'à son épuisement. Dans un communiqué commun, Shell et Qatar Petroleum, indiquent qu'à côté du carburant automobile, l'usine produira aussi du kérosène, des lubrifiants et d'autres produits à base d'hydrocarbures, en insistant évidemment sur le grand avantage du GTL (Gas-To-Liquids) : sa combustion dégage moins de polluants toxiques que le même carburant produit à partir du pétrole. Alors que les performances moteur sont excellentes comme l'a prouvé l'Audi R10 TDI, qui a a gagné les 24 Heures du Mans, avec un carburant qui était partiellement composé de GTL. Voilà tout le bon côté du projet.

Le côté gris est qu'il faut plus d'énergie, et plus de pollution, pour fabriquer un litre de gazole avec du gaz naturel qu'avec du pétrole. Calculé du puits à la roue, les émissions de gazs à effet de serre vont légèrement augmenter.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : equipementiers ; carburant-energie