Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

17 années d'expériences pour vous informer.

Un Ford Transit qui ne rejette plus de CO2

Mar 28/10/2008   —   Grâce à l'hydrogène, l'utilitaire bicarburation choisit de rejeter du CO2 ou pas.
Rejeter ou ne pas rejeter de CO2, telle est la question. Elle ne se pose pour la majorité des automobilistes, qui n'ont pas d'autre choix qu'une voiture consommant des hydrocarbures, mais une petite entreprise anglaise propose de l'offrir à un public professionnel. A la base, il se trouve un Ford Transit avec un moteur 4 cylindres essence de 2,3 litres. Roush Technologies Limited l'a modifié par un kit de sa conception qui lui permet de fonctionner également à l'hydrogène. On choisit alors de rouler à l'essence ou à l'hydrogène, avec l'avantage qu'avec ce second carburant, le véhicule ne rejette plus que de la vapeur d'eau, avec toutefois un peu d'oxydes d'azote (NOx). Mais le moteur est significativement modifié, bien plus que pour une conversion E85, GPL ou GNV.

Il reçoit notamment un compresseur, mais en montrant une fois de plus que la conversion à l'hydrogène est possible, il démontre la stupidité des conversions GPL ou GNV. Quel est l'utilité d'un système bicarburation entre 2 hydrocarbures fossiles ? Les 3 réservoirs de ce Ford Transit peuvent contenir 4,5 kg d'hydrogène (comprimé à 350 bars). Ils sont sous le chassis, et ne diminuent aucunement l'espace de chargement de ce véhicule utilitaire, l'autonomie étant de 155 à 215 km. Pour ravitailler ? Facile, puisque Roush est associé à ITM Power qui fabrique des petits électrolyseurs avec compresseur intégré. On peut faire son plein n'importe où, où il y a une prise de courant avec une arrivée d'eau.

Ceratins disent que l'économie de l'hydrogène ne viendra que dans 20 ans, elle viendra plutôt quand on voudra qu'elle vienne. Elle pourrait venir tout de suite s'il y avait quelque volontarisme politique...

Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : Ford ; hydrogene-combustion-interne ; poids-lourds-utilitaires