Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

21 années d'expériences pour vous informer.

Bonus électriques : un premier changement

Mar 25/03/2014   —   L'opportunité de ne plus voir que le court terme.
Renault ZoéLa voiture électrique va mal en France. Fait consternant, les ventes sont en baisse sur les 2 premiers mois de l'année (820 ventes contre 1148 en 2013). Dans le même temps, elles sont en hausse aux Etats-Unis, ou dans les pays voisins, en Italie ou en Allemagne. Et la France qui était si fière d'être le premier marché européen pour les voitures électriques s'est faite doubler par l'Allemagne. On dira que c'est normal, le marché allemand a toujours été plus important que le français, mais il y a une anomalie. Il n'y a aucune aide à l'acquisition d'une voiture électrique en Allemagne, alors qu'il y a un très substantiel bonus de 6300 € de ce côté-ci du Rhin. A quoi sert alors le gros bonus s'il ne permet même pas de générer plus de ventes que dans le pays voisin ? Il y a dû y avoir un inspecteur des finances pour se faire cette même réflexion, à Bercy.

Pour autant, le gouvernement n'envisage nullement de supprimer le bonus, ni même de le rétablir tel qu'il aurait dû être. On rappelle en effet que le bonus a été inventé pour compenser le surcoût de la batterie d'une voiture électrique. Qu'on accorde un bonus à une électrique dont les batteries sont louées est un non-sens. Un décret ne vient pourtant y porter qu'un petit coup de canif, en limitant le bonus à 27 % de la somme des loyers prévus dans le contrat de location de la batterie. C'est plus simple aux Etats-Unis. Nissan l'avait envisagé, mais il est interdit de vendre une électrique sans sa batterie outre-Atlantique. On suivra cet exemple pour toucher le bonus maximal en France, en achetant sa voiture électrique complète, avec sa batterie, Renault peut le faire pour la Zoé, et en la payant comptant, ou à l'aide d'un crédit bancaire classique.

Le gouvernement a fait un premier pas, et c'est bien car il est temps de penser long terme. C'est la peur d'un chaos électoral sur le court terme qui freine le gouvernement d'augmenter les taxes sur le gazole, et c'est la même peur sur le court terme d'une chute des ventes, qui pousse aujourd'hui le lobby de la voiture électrique (l'AVERE) à réclamer la suppression de cette mesure. Mais qui se soucie de l'automobiliste ? Que feront les propriétaires de voitures électriques avec les batteries louées, quand ils voudront les revendre après 5 ans ?

MoteurNature s'est toujours rangé du côté de l'automobiliste, et pour le long terme, nous réclamons la suppression de tout bonus pour toute électrique vendue sans ses batteries. On souligne d'ailleurs que ce nouveau décret est sans effet sur les électriques de BMW, Tesla ou Volkswagen. Quelqu'un osera t-il penser que ces constructeurs n'ont pas une stratégie électrique sur le long terme ?

Laurent J. Masson



Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; bonus-malus-prime-taxe ; voiture-electrique