Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

17 années d'expériences pour vous informer.

Le FBI s'inquiète des risques autour de la voiture intelligente

Mer 23/03/2016   —   4 recommandations pour la sécurité.
FBILe FBI ? C'est il nous semble, une première : le FBI vient de publier une note d'information sur la vulnérabilité des derniers modèles de voitures. A la belle époque où les voitures étaient mécaniques, il n'y avait aucun problème de sécurité. Mais aujourd'hui, tous les accélérateurs sont électroniques, et il y a de plus en plus de commandes qui fonctionnent de même. Quand le conducteur appuie sur l'accélérateur, il n'ouvre plus le papillon du carburateur, comme sur une vieille voiture, mais envoie un signal électrique. Ce signal pourrait-il être modifié contre la volonté de l'automobiliste ? Cela n'aurait jamais été fait, mais cela ne signifie que cela soit impossible, et encore moins que cela ne se fera jamais. Toutes les autos possèdent déjà un port sur lequel on branche un appareil pour faire un diagnostic, et sans contact physique, de plus en plus d'autos sont dotées d'une carte SIM, par laquelle elles peuvent envoyer ou recevoir diverses informations. Pour éviter tout dysfonctionnement fâcheux, le FBI donne les recommandations suivantes.

La première est de maintenir son auto à jour, ce qui n'est malheureusement pas simple. Car la plupart du temps, si un constructeur sort une mise à jour, par exemple d'un logiciel contrôle moteur, il n'y a pas de rappel. L'opération est même le plus souvent effectuée à l'insu du client, lors d'un passage chez le concessionnaire officiel. Si le client fait entretenir sa voiture hors réseau, il n'y a pas droit. Le FBI déconseille ensuite de chercher à modifier les logiciels qui pilotent l'auto, car les effets pourraient être tout autres que ceux attendus.

L'automobiliste doit ensuite prendre garde à ne pas brancher n'importe quoi sur son auto. De même qu'on se méfie d'une clé USB dont on ne connait la provenance, on ne branchera pas sur sa prise diagnostic un appareil d'origine douteuse. Le conseil vaut aussi pour les personnes. On ne confiera pas son auto à un pseudo-mécanicien inconnu, et le FBI de préconiser le réseau officiel du constructeur. Mais il n'a pas tort. Et à l'heure où les autos sont de moins en moins mécaniques, les conseils du FBI ne seront que de plus en plus importants.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; technologie ; securite-routiere