Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF

Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

17 années d'expériences pour vous informer.

Le scénario négaWatt : une France 100 % à l'énergie renouvelable en 2050

Jeu 26/01/2017   —   Peut-on y croire ?
négaWattL'association négaWatt vient de publier un intéressant scénario pour l'avenir 2017-2050, avec l'objectif d'en finir avec les énergies fossiles (pétrole et nucléaire), pour aboutir à une France totalement verte. Qui fonctionnerait à 100 % grâce aux énergies renouvelables. Vaste programme ! Est-il réaliste ? C'est la première question qu'on se pose, et d'emblée, on est obligé de souligner une hypothèse de départ bien critiquable. négaWatt considère en effet qu'avec la suppression des gaspillages, la rénovation de l'habitat ancien et des comportements plus raisonnables, la consommation d'énergie finale en France, en 2050, sera réduite de moitié. Alors certes, le progrès technique est bien réel. Une Toyota Prius est une 5 places confortable qui se contente de 4 l/100 km en usage courant, et c'est fantastique. Les ampoules basse consommation ne consomment guère qu'un tiers de ce que demandaient les vieilles ampoules à filament, et c'est fabuleux. Les réfrigérateurs, les lave-linge aussi, sont beaucoup plus efficients que nagère. Mais on ne peut ignorer que le climat a commencé à se dérègler. Il y aura de plus en plus d'anomalies avec des périodes de grand froid (besoin de chauffage en hausse), ou de forte chaleur (besoin accru de climatisation). On peut aussi ajouter que la France va compter un nombre de plus en plus important de personnes de plus de 60 ans. Le nombre de personnes fragiles va donc augmenter, et peut-être aussi la population globale. C'est dire que même en respectant grandement le travail de négaWatt, il est difficile de croire à l'hypothèse d'une baisse aussi drastique de la consommation d'énergie nationale.

Là où on attendait plus de négaWatt, est dans ses propositions pour remplacer les énergies actuelles. Parce que là, il y a urgence. Plusieurs centrales nucléaires ont récemment été à l'arrêt, et on peut écrire sans risque d'erreur possible que ces incidents vont se multiplier. La plupart des centrales du pays ont 20 ou 30 ans, elles sont comme une voiture de 200 000 km. Il y aura de plus en plus de pannes, et de besoins d'opérations de maintenance (et les conserver coûtera de plus en plus cher, ce que personne encore ne dit, même pas négaWatt...). Si l'Allemagne parvient à fermer simultanément ses centrales nucléaires et ses centrales à charbon, c'est parce qu'elle investit des sommes colossales dans les renouvelables, et la France doit faire pareil. Mais negaWatt ne le dit pas. Et quand l'Allemagne produit aujourd'hui 4,5 fois plus d'électricité d'origine éolienne que la France (source), négaWatt n'envisage pas que la France rattrappe son retard sur son voisin du Nord, et propose plutôt l'exploitation de la biomasse solide. Avec l'atout que converti en méthane, elle est facile à stocker. Ce qui est vrai, mais il est tout aussi vrai qu'on peut convertir l'électricité des éoliennes en hydrogène avec des électrolyseurs. Les spécialistes peuvent en débattre longtemps, mais pas négaWatt qui rate là une occasion d'affirmer sa crédibilité. Parce qu'au contraire, le scénario de négaWatt a le tort de sortir largement du strict cadre des besoins en énergie, pour avancer sur le chemin glissant d'une nouvelle société, avec une réorganisation complète des transports de tout un chacun, et le changement des comportements. Le travail de négaWatt aurait eu beaucoup plus de valeur, s'il avait cherché à verdir les moyens énergétiques du pays, sans changement majeur du reste, comme d'ailleurs le projettent déjà nos voisins européens.

Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; carburant-energie ; ecologie







Dernières actualités de l'écologie automobile :


26-05-2019 — EVS32 premier et dernier salon de l'électrique — Changement d'époque.

25-05-2019 — Opel Corsa-e électrique 330 km d'autonomie — Primeur au zéro émission.

24-05-2019 — La Skoda Superb iV hybride rechargeable arrive enfin — Sans surprise.

24-05-2019 — Skoda Citigo iV électrique : 265 km d'autonomie à moins de 20 000 € — L'électrique pour tous.

23-05-2019 — Audi Q5 55 TFSI e quattro hybride rechargeable — Conventionnel.

22-05-2019 — La Honda e électrique accessible à la réservation — Seulement 800 €.

21-05-2019 — Ionity choisit Tritium : l'Europe finance des bornes de recharge achetées à l'Australie — Tant pis pour les européens.

20-05-2019 — Caen, aéroport leader du renouvelable — Que font les autres ?

20-05-2019 — Delphi fait un grand pas pour dépolluer le moteur essence — Toujours progresser.

19-05-2019 — Renault EZ-POD : à priori pas pour la route — Mais Roissy en a besoin.

18-05-2019 — Thierry Bolloré salue le test de l'EZ-Flex par La Poste — A Vivatech.

17-05-2019 — Un 20/20 pour le concept Citroën 19_19 — Une descendance à l'Activa.

16-05-2019 — Audi S4, la sportive désormais diesel — Un choix raisonnable ?

15-05-2019 — Volkswagen investit encore dans la production de batteries — Tant mieux !