Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

17 années d'expériences pour vous informer.

Voiture électrique : Elizabeth Borne en fait-elle trop et EDF aussi ?

Mar 29/10/2019   —   Annonce d'une promotion et d'un échec.
Elizabeth Borne, ministre de la transition écologiqueElizabeth Borne, ministre de la transition écologique et solidaire, a participé hier à une manifestation de promotion de la voiture électrique. Notre illustration la montre au volant d'une DS 3 Crossback E-Tense. A priori, c'est une bonne chose, mais... On voudrait savoir pourquoi la ministre, et le gouvernement, ne prend pas le même engagement vis-vis des autres énergies alternatives utilisables dans une automobile. Nous pensons au biogaz, à l'hydrogène, aux biocarburants produits de l'agriculture, aux essences synthétiques... Faut-il rappeler la promotion qu'on faisait il y a une génération autour du chauffage électrique, et dont on s'est rendu compte aujourd'hui qu'elle fut une erreur ?

Le déplacement de la ministre était d'autant plus inopportun que c'est dans la même journée d'hier, que Jean-Martin Folz (l'ex-PDG de PSA) a rendu son rapport sur la construction de l'EPR de Flamanville. Comme on s'y attendait, il y est dit que cette centrale nucléaire est une catstrophe sans nom. En 2006, on prévoyait un coût de construction de 3,2 milliards d'euros, et un délai de construction de 54 mois. Selon les dernières estimations, le coût réel de construction serait de 12,4 milliards, et les travaux dureront 144 mois. Voilà qui est assurément digne d'entrer dans le livre des records, comme le projet dont le budget et les délais auront été explosés avec la plus forte marge !

On rigolera tout autant quand les promoteurs du projet expliquaient que cette belle technologie française se vendrait très bien à l'étranger. On est certain aujourd'hui que même chez les rares pays qui n'ont pas encore abandonné le nucléaire, l'EPR français soit définitivement grillé (du moins si on peut employer ce terme pour qualifier une centrale atomique). L'exception française, fait cependant que dans l'hexagone, EDF envisage de construire 6 nouveaux EPR ! On parie qu'on va bientôt entendre l'argument qu'il faut construire de nouvelles centrales nucléaires pour alimenter toutes les voitures électriques. Et où trouvera t-on les dizaines de milliards nécessaires à la construction de ces nouveaux réacteurs ?


Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; ecologie ; voiture-electrique