Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

Sensationnel : un rendement de 120 % pour le moteur électrique à essence

Jeu 01/04/2021   —   Le réservoir se remplit en roulant.
La voiture modifiée par l'inventeur Horace DesmoulesIls sont nombreux ceux qui disent que l'avenir appartient à la voiture électrique. Sauf qu'il y a un problème dans cette technologie : la batterie. Cet élément est très lourd, très cher, difficile à fabriquer comme à recycler. Ne peut-on s'en passer ? Parce qu'un moteur essence s'en passe, Horace Desmoules, un inventeur du Haut Cantal, a eu l'idée d'électrifier un moteur essence. On sait tous qu'un moteur électrique fonctionne grâce à un rotor qui tourne dans un stator, M. Desmoules a alors ajouté des aimants au vilebrequin du moteur de sa vieille Renault Clio (illustration), avec évidemment beaucoup de soin, pour qu'il reste parfaitement équilibré, tout en fixant d'autres aimants tout autour, sur le carter, pour former un stator.

Cela a entrainé de modifier la lubrification, pour que le moteur fonctionne en carter sec, et le résultat est édifiant, puisqu'en cumulant la force transmise par les pistons, à celle du vilebrequin devenu moteur électrique, on additionne les rendements de chaque force propulsive, pour aboutir à un rendement inédit de 120 %. Alors pour exploiter ce surcroît d'énergie, Horace Desmoules a eu l'intuition, probablement divine, d'installer un petit électrolyseur. Cet appareil récupère l'eau d'un déshumidificateur placé dans le coffre, avant de produire de l'hydrogène qui sera stocké dans la bonbonne, qui est posée sur la banquette arrière.

L'électrolyseur fonctionne en tandem avec le capteur des gaz carbonés de l'échappement, préalablement à leur réunion avec l'hydrogène dans le catalyseur embarqué, qui fabrique de l'essence synthétique. Environ 3 l/100 km. Elle est ajoutée au réservoir, mais celui de la Clio n'est pas très grand. Pour éviter tout débordement, M. Desmoules vide son réservoir tous les 1000 km, et c'est là le gros problème de son invention : si toutes les voitures étaient équipées de ce système, que ferait t-on de toute cette essence ?

Rubrique(s) et mot(s)-clé :