Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Autoroutes : des péages liés à la pollution

Dim 08/10/2006   —   Toujours à la recherche de nouvelles pistes pour taxer plus fortement les véhicules les plus polluants, le gouvernement réfléchit à moduler les péages d'autoroute.
C'est Dominique Perben, le ministre des Transports, qui a lancé cette idée sur France Inter, juste après avoir visité le salon de l'auto. Il existe déjà une aide à l'achat d'une voiture propre, sous la forme d'un crédit d'impôt de 2000 euros, mais le ministre souhaite aussi une mesure pour rendre l'usage même de ce type de véhicules plus avantageux. Il pourrait suffire de défiscaliser totalement les biocarburants ou l'hydrogène, mais quelqu'un a eu l'idée de moduler les péages d'autoroute. Ce qui n'est pas simple. On se souvient du problème qu'avait lancé le Renault Espace il y a 20 ans : fallait-il le taxer comme une voiture particulière ou un minibus ? Les monospaces sont désormais reconnus comme des voitures particulières, mais comment faire pour distinguer les voitures propres de celles qui ne le sont pas ? Sur une Renault Megane 1.9 dCi 130, le filtre à particules est en option, il faut se coucher sous la voiture pour voir s'il y en a un. Sur les voitures Flex-Fuel comme peuvent déjà l'être une version de la Ford Focus et de la Saab 9/5, il faut mettre une pipette dans le réservoir pour déterminer s'il contient de l'essence ou de l'alcool. Pour les voitures hybrides, il est simple de reconnaître une Prius, mais il faut lever le capot pour distinguer la Lexus GS430 de la GS450h. Il n'y a que pour les voitures électriques ou à hydrogène que c'est simple : pas de pot d'échappement, ou c'est de la vapeur d'eau qui en sort.

Alors comment faire pour que les employés des sociétés d'autoroute sachent en un clin d'œil déterminer le tarif applicable, c'est Jean-Pierre Beltoise qui va y réfléchir. Plus tout jeune, mais encore actif, l'ancien pilote automobile, et fondateur de l'école Conduire juste, s'est vu confier cette mission de reflexion par le ministre, avec le but « d'alléger pour les uns, d'enchérir pour les autres ». Nous ne voyons que des solutions techniques assez coûteuses pour établir une sélection juste.

Notre illustration : la gare de Villefranche-Limas, Autoroute A6 - Km 427,9.
Voyez des webcams d'autoroutes en cliquant ici.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; politique-transport_France