Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

L'Europe agit contre les particules

Mer 25/10/2006   —   Après l'approbation du Parlement Européen le 26 septembre, le Conseil des 25 ministres de l'Environnement de ce lundi est parvenu à un accord, pour faire adopter une directive sur la qualité de l'air. Les particules sont dans la ligne de mire.
Le processus législatif est maintenant bien lancé, on n'imagine plus qu'il puisse être interrompu. Le projet de directive repassera en deuxième lecture devant le Parlement l'année prochaine, et son texte devrait être finalisé d'ici 12/18 mois. Il ne pourra pas venir trop tôt ! Car ce texte va établir des seuils maximaux de concentration des éléments les plus toxiques de l'air ambiant, il a retenu les éléments suivants. L'anhydride sulfureux, le dioxyde d'azote et les oxydes d'azote, les particules (PM10 et PM2,5), le plomb, le monoxyde de carbone, le benzène et l'ozone. Le plus toxique est de loin de le monoxyde de carbone (CO), et on attend pour 2010 de nouvelles normes pour affaiblir encore les valeurs maximales qu'une auto ne doit pas dépasser. Le plomb est probablement le suivant le plus toxique, mais l'essence n'en contient plus depuis mars 2000, ce ne concerne donc plus l'automobile. Viennent alors les particules. Où on peut une fois de plus s'émouvoir de ce que le filtre à particules (FAP), un appareil fiable et disponible en grande quantité, ne soit pas obligatoire sur tous les diesels. Mais il n'y a pas que les voitures !

Une nouvelle est passée inaperçue récemment, 2 gros distributeurs, Castorama et Nitech, ont arrêté de vendre des chauffages au charbon. C'est un paradoxe que si les voitures doivent respecter des normes anti-pollution très strictes, n'importe quel français peut se faire livrer une tonne de charbon chez lui, et la brûler tranquillement dans son poêle, avec un tuyau d'évacuation qui rejette les fumées sans aucun post-traitement. Vu qu'il ne doit plus y avoir que quelques milliers de français à avoir encore un chauffage au charbon (largement concentrés dans les anciennes régions minières), il serait avantageux de convaincre, de contraindre, ces personnes d'adopter un mode de chauffage plus respectueux de l'environnement, et de classer le charbon comme une substance dangereuse, au commerce règlementé. Parce qu'on accuse toujours l'automobile, alors qu'il y a des études sur la distribution sectorielle des émissions en France métropolitaine, qui attribuent moins de 20 % des particules (PM10 et PM2,5) au transport routier, tandis que plus de 50 % proviennent du résidentiel/tertiaire.

C'est là que la mise en place de la directive européenne donnera son meilleur effet. En fixant des seuils qui entraineront des mesures publiques de la pollution, des gens débatteront des relevés obtenus, et on cherchera les coupables de manière beaucoup plus précise qu'aujourd'hui.


Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; politique-transport_Europe