Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Provoq, une variation inattendue de l'E-Flex

Jeu 10/01/2008   —   General Motors a mis de gros moyens en oeuvre pour développer sa future Chevrolet Volt, mais il réfléchit aussi à des variations d'exploitation de cette nouvelle technologie.
La Chevrolet Volt est une révolution, elle est la première tentative sérieuse de créer une hybride série. Sa base est une plateforme ingénieuse, l'E-Flex, qui est celle d'une motorisation électrique avec une faible autonomie, associée à : 1/ un moteur essence accouplé à un générateur, c'est la Volt originelle ; 2/ une pile à combustible (PAC) alimentée à l'hydrogène, c'était la seconde version de la Volt ; 3/ un moteur turbo-diesel accouplé à un générateur, c'est l'Opel Flextreme. Ces 3 concepts avaient un groupe propulseur quasi identique, un moteur électrique qui entrainait les roues avants. C'est là que la Cadillac Provoq est différente.

Ce concept ne se contente pas d'un moteur unique, il en possède 3. Un gros pour entrainer les roues avants, et 2 petits à l'intérieur des roues arrières. C'est donc une traction intégrale, pour prouver la très grande versatilité de la plateforme E-Flex, puisqu'en plus de pouvoir accepter plusieurs solutions électrogènes, elle peut aussi accepter plusieurs architectures de propulsion. Dans ce Provoq, le moteur des roues avants donne 70 kW, et il y a un moteur électrique de 40 kW dans chaque roues arrière. Ce qui fait une puissance totale de 150 kW, soit 203 ch. L'auto accélère ainsi de 0 à 100 km/h en 8,5 secondes, et c'est le minimum pour une auto de ce segment, celui du BMW X3.

PAC éteinte, le Provoq peut parcourir 32 km sur ses seules batteries Lithium-Ion, mais en la mettant en marche, les 6 kg d'hydrogène de ses réservoirs en matière composite portent l'autonomie à plus de 480 km. Nous apprécions la sobriété de la consommation d'hydrogène, elle est dûe à l'emploi d'une PAC GM de cinquième génération, et d'une électronique de gestion affinée. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si le Provoq n'a pas eu sa première au salon de l'auto de Detroit. C'est au au salon de l'électronique grand public que l'auto a été dévoilée, une première pour rappeler que la mécanique devient de plus en plus accessoire, et que c'est désormais l'électronique qui est prépondérant dans une auto.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : General-Motors ; voiture_pile-a-combustible ; automobile-design