Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

22 années d'expériences pour vous informer.

Le péage urbain de Manchester a été rejeté

Dim 14/12/2008   —   On a poliment demandé leur avis aux habitants, ils ont poliment refusé.
Manchester est la seconde ville d'Angleterre. C'est une agglomération qui s'est développée fortement ces dernières années, et qui connait aujourd'hui de grosses dificultés de circulation. Des embouteillages conséquents y sont quotidiens. Pour contrer cela, la communauté de communes, avec le soutien du gouvernement, avait mis sur pied un vaste projet de multiples développements des transports en commun, notamment avec des tramways. L'opération aurait été partiellement financée par un péage urbain, dont se seraient acquitté les automobilistes. Le projet était plutôt honnête, puisqu'il ne prévoyait la mise en place du péage qu'en 2013, après qu'une première partie de l'amélioration de l'offre des transports en commun ait été matérialisé. Il devait être approuvé par un référendum régional, et ce fut un grand succès puisque le taux de participation fut de 53 % ! Un résultat formidable pour une opération de ce type : plus d'un million de votants. Mais leur choix ne fut pas ce qui était attendu : les citoyens ont refusé le projet à une écrasante majorité de plus de 79 % !

C'est une très grosse claque pour le gouvernement, puisque plusieurs ministres s'étaient engagés en faveur du péage urbain, mais aussi d'une certaine manière pour la ville. Du fait qu'une partie des projets de développement des transports publics étaient conditionnée à un référendum positif...

Les embouteillages vont donc se poursuivre, avec beaucoup d'automobilistes isolés dans leurs voitures, mais cette situation est tout de même plus confortable que d'être pressés les uns contre les autres dans un métro à l'heure de pointe. Et ce ne serait pas moins écologique, si ces personnes conduisaient des voitures électriques. Dans les 2 cas pourtant, le problème reste entier, il est celui de la trop grande concentration d'activités et d'équipements sur une petite surface de territoire. Au Royaume-Uni comme en France, s'il y avait une politique d'aménagement du territoire digne de ce nom, il n'y aurait aucun besoin de péage nulle part. Le gouvernement français va avoir bientôt un test emblématique sous la forme du maintien de la ligne de chemin de fer Clermont-Ferrand-Nîmes. Bien que plus que centenaire, cette ligne se meurt doucement dans une quasi-indifférence générale. Alors que les soucis du RER A émeuvent jusqu'au président de la République, et qu'on projette de construire de nouvelles grandes tours à Paris !

Aussi longtemps qu'on multipliera les points d'attraction de la capitale pendant qu'on délaissera la province, il ne faudra pas s'étonner de voir fleurir les projets de péage urbain... Alors que les habitants de Manchester viennent de rappeler que les automobilistes paient déjà bien assez de taxes. A quand l'équilibrage grandes villes/petits communes ?


Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; politique-transport_Europe