Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Transonic essaie d'améliorer le diesel

Mar 16/03/2010   —   Une PME américaine propose un nouveau système d'injection TSCi pour rendre le diesel plus efficient.
Transonic
Par rapport à l'allumage commandé d'un moteur essence (cycle Otto), le mélange air-carburant s'auto-enflamme par simple compression dans un moteur diesel. La société Transonic a décidé de chercher à améliorer ce concept, en ne faisant plus reposer l'allumage sur la simple compression du mélange air/carburant, elle y a ajouté l'élément température. L'allumage dans le cylindre s'effectue ainsi à un taux de compression plus faible, proche de celui d'un moteur essence, mais à une température plus élevée. Transonic parvient à cela grâce à un système d'injection directe qui chauffe et comprime (ils n'expliquent pas comment) le carburant avant de l'envoyer dans le cylindre. L'idée est d'exploiter les propriétés d'un hydrocarbure à un stade supercritique, c'est-à-dire lorsqu'il est entre l'état liquide, et l'état gazeux.

Le moteur deviendrait ainsi plus efficient en ce qu'il peut fonctionner en mélange pauvre, soit avec moins de carburant pour une même quantité d'air. On s'effraie alors des émissions d'oxydes d'azote qui ne peuvent qu'augmenter, malgré que Transonic explique que le carburant à un stade supercritique garantisse une bien meilleure combustion. Enfin, la durabilité du moteur sera assurément moins bonne. Transonic ne dit rien sur le sujet, mais son système, dont le principe n'est pas nouveau, ressemble beaucoup à la roulette russe. L'essence est un produit détonnant, et l'idée de la chauffer nous parait assez dangereuse... (N'essayez pas chez vous !) Cela peut marcher avec une électronique de contrôle hyper précise, parce que la plage de température et de pression où l'essence est à un stade supercritique est très étroite, mais assurément avec moins de fiabilité qu'une injection classique.

En dessous, une température de combustion plus élevée augmentera le stress apporté aux pistons, et le bloc moteur plus épais d'un diesel est indispensable, mais le moteur équipé d'une injection TSCi aurait pourtant un avantage fort : sa simplicité de fonctionnement polycarburant. Le moteur développé par Transonic est de type diesel, sans aucun allumage commandé, mais il fonctionne aussi bien avec du gazole, que de l'essence, de l'éthanol ou de l'huile végétale, et peut passer de l'un à l'autre par un simple clic pour modifier les paramètres du boitier électronique qui pilote l'injection. Côté chiffres, les tests de Transonic, à l'essence, ont montré une consommation de 3,7 l/100 km à la vitesse stabilisée de 90 km/h dans une voiture de poids moyen, mais avec un très bon aérodynamisme (ils ne donnent pas plus de précisions). Pas très impressionnant à nos yeux...

Rubrique(s) et mot(s)-clé : equipementiers ; technologie