Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

21 années d'expériences pour vous informer.

Les grandes ambitions de Fiat

Ven 23/04/2010   —   Ne seront probablement pas atteintes, mais on peut néanmoins s'attendre à de nets progrès !
Plateforme compacte de FiatC'est par un conférence de presse de plus de 5 heures, que les dirigeants du groupe Fiat ont annoncé leurs plans et objectifs pour les 3/4 ans à venir, et il y a eu plusieurs surprises. La première est d'ordre structurel. La branche de Fiat qui produit des véhicules utilitaires, poids lourds, tracteurs et autres, va être dissocié de la branche automobile, et bénéficier d'uns tructure juridique indépendante. Avec sa propre cotation en bourse. La seconde concerne les hommes, avec John Elkann qui va accéder à la présidence du groupe. Mais ceci n'est en fait qu'une demie-surprise. On l'attendait. La vraie surprise est que Luca di Montezemolo, figure historique auréolée de succès de l'automobile italienne, soit écarté.

Côté produit, les objectifs chiffrés sont très ambitieux avec la vente de 6 millions de voitures en 2014. Considérant que le groupe en a vendu moins de 4 millions l'année dernière, il y a beaucoup à faire ! Le groupe prévoit d'augmenter les ventes de 25 % en Amérique latine, c'est probablement faisable. Mais il prévoit aussi de plus que doubler les ventes de Lancia et Chrysler en Europe, et de quadrupler les ventes d'Alfa Romeo dans le monde, nous avons beaucoup de mal à y croire. Alfa Romeo ambitionne de vendre 85 000 voitures aux Etats-Unis en 2014, en s'appuyant sur le réseau de distribution Chrysler. Ce n'est pas impossible, mais ce sera loin d'être facile...

Il faudra compter sur la qualité du produit, et beaucoup va reposer sur la nouvelle plateforme compacte du groupe (ci-dessus), qui débute avec la Giulietta. On la retrouvera dans 2 ans dans une nouvelle Lancia, puis sur la remplaçante de la Fiat Bravo l'année suivante. Plus exotique, cette plateforme servira aussi de base au premier SUV d'Alfa Romeo, c'est pour 2012, avec un modèle analogue chez Dodge. C'est là la meilleure nouvelle, car elle ne fait pas de doute : il est possible de dégager d'importantes synergies dans les plans produits de Fiat/Alfa Romeo/Lancia avec ceux de Chrysler/Dodge/Jeep. Donc des économies d'échelle. Le groupe italo-américain va assurément obtenir une bonne rentabilité, et ce sera déjà satisfaisant.


Rubrique(s) et mot(s)-clé : Fiat ; industrie-production