Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

Du carbone pour la Lamborghini Aventador

Lun 14/02/2011   —   Il n'y a rien de plus logique, mais on attend autre chose.
Coque Lamborghini AventadorLes matières plastiques renforcées de fibre de carbone (PRFC) sont promis à un avenir formidable dans l'industrie automobile. Cela fait longtemps qu'on le dit et qu'on le lit, mais en cette année 2011, au salon de Genève, la seule nouvelle voiture de série à posséder une coque en PRFC ne sera ni électrique, ni hybride, et encore moins abordable au commun des mortels, puisqu'il s'agira de l'Aventador.

Soit la nouvelle Lamborghini, un joujou dans le prix de vente sera au-delà des 300 000 €. Ce tarif élitiste a l'avantage de permettre des méthodes qui ne le sont pas moins, et s'il doit y avoir un jour une voiture de grande série avec la coque en PRFC, ce sera nécessairement avec des fibres de carbone produites de manières plus simples que celles, qu'a retenu Lamborghini pour son plus beau modèle.

On soulignera pourtant que Lamborghini a beaucoup investi, et même qu'il a fait avancer la technologie. Le constructeur italien a ainsi fait breveter un nouveau procédé, RTM-Lambo (Resin Transfer Moulding), qui simplifie grandement la fabrication des moules, et facilite leur usage parce qu'il ne nécessite pas l'emploi de méthodes d'injection à haute pression.

Bien sûr, l'intérêt principal des PRFC est dans la réduction de la masse, et la pièce de notre illustration pèse 147,5 kg. Soit beaucoup moins qu'une pièce en acier de même rigidité. Cela permettra à la Lamborghini Aventador d'être plus performante, et accessoirement, un peu plus sobre. Parce qu'il vaut mieux un petit progrès qu'aucun, nous nous en réjouirons.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : Lamborghini ; technologie ; hautes-performances