Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

Le lobby du GPL essaie encore de mordre

Dim 13/11/2011   —   Avec un nouveau bonus-malus irrationnel.
Voiture au GPLLe comité français du butane et propane (CFBP) a consacré cette semaine le repositionnement marketing du GPL en France. Naguère carburant écologique, le GPL ne pouvait plus mériter cette appellation depuis l'entrée en vigueur de la norme antipollution Euro 5, il sera donc désormais carburant alternatif. Mais on se demande bien à quel titre.

On peut aussi écrire que la viande de porc est une alternative à la viande de boeuf. Comme il y a des gens qui croient que la viande de porc est impure est qu'il ne faut pas en manger, il y aura des gens pour croire que le GPL est un carburant alternatif. Les croyances sont libres, mais qu'on cherche des arguments scientifiques pour justifier ces croyances, il n'y en a aucun.

GPL, essence et gazole sont 3 produits du même ingrédient fossile, fabriqués dans un même lieu par les mêmes gens avec les mêmes appareils. Le pétrole dans une raffinerie. Le CFBP continue pourtant à défendre une politique qui distingue le GPL des autres produits dérivés du pétrole, ce n'est pas plus équitable que rationnel. Le lobby du GPL propose ainsi de classer les voitures qui l'utilisent au même niveau que les électriques et les hybrides. Toutes ces voitures auraient un bonus, pendant que les voitures simple essence ou diesel, n'en auraient plus.

Heureusement que le gouvernement a promis de supprimer toutes les niches fiscales ! Le cas du GPL est donc quasi-réglé, il va mourir sans fleur ni couronne, et il reste à s'occuper de la fiscalité trop avantageuse du gazole. Il faudra attendre la prochaine élection présidentielle, mais on peut déjà se réjouir d'une étape importante dans l'arrivée sur le marché des nouvelles technologies. Cette année, les immatriculations des voitures électriques et hybrides devraient surpasser celles des voitures au GPL.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; GPL ; politique-transport_France