Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Le GPL

GPL, Gaz de Pétrole Liquéfié. Si personne ne nie que l'essence et le gazole sont des carburants pétroliers, des énergies fossiles dont la combustion rejette des gaz à effet de serre comme des polluants toxiques, il y a un solide groupe de pression pour faire croire que le GPL est différent. Pourtant à la raffinerie, la différence entre le GPL et l'essence, c'est la même qu'il y a entre un oeuf à la coque et un oeuf dur. L'aspect est différent, mais c'est bien le même produit, constitué du même ingrédient. Le GPL n'est cependant pas issu du seul pétrole, selon les pays, il est aussi souvent issu de l'extraction du gaz naturel, un autre hydrocarbure fossile, qu'il est également possible d'utiliser comme carburant, on le fait en lui donnant le nom de GNV (Gaz Naturel Véhicule).

Plutôt qu'écologique, le principal atout du GPL est dans sa fiscalité, puisque le législateur, sous la pression des pétroliers, a cru bon de très peu taxer ce carburant. On roule pour moins cher avec le GPL, et on peut écrire que cette économie est sans rapport avec le gain écologique (baisse des émissions de CO2, ou des polluants toxiques), qui est lui marginal. On espère qu'un jour le législateur le comprendra, et réduira drastiquement les avantages fiscaux offerts à ce carburant, et choisira plutôt de favroriser les carburants renouvelables, comme le biogaz (aussi appelé biométhane), ou les biocarburants (d'origine agricole).