Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

Autolib : Bolloré a gelé ses investissements

Lun 06/05/2013   —   Investir moins pour gagner plus ?
AutolibLe service parisien Autolib a débuté en décembre 2011. Après presqu'une année et demie, il serait opportun de faire un premier bilan, mais on ne peut hélas que constater que les objectifs n'ont pas été atteints. On en est même très loin. Dans l'appel d'offres originel de 2009, que Bolloré a remporté en 2010, il était question de plus de 1000 stations, avec un parc de 3000 voitures. Mais il n'y a aujourd'hui que 800 stations, et seulement 1740 voitures. C'est le nombre de voitures qui étonne, parce que si le nombre de stations a toujours été en augmentation constante, le nombre de voitures Bolloré Bluecar n'a pas changé depuis presqu'un an. Bolloré aurait sciemment gelé ses investissements. Et s'il est aujourd'hui question d'augmenter le parc, ce ne serait que pour le porter à 2000 autos. L'objectif initial est-il oublié ? Et que dit la mairie de Paris ?

Car c'est là le plus choquant. A l'heure où les futures candidates à la mairie de Paris se chamaillent à propos des véhicules municipaux à moteur diesel, il n'y a personne pour demander à Bolloré de vite mettre en service les 3000 voitures qu'il s'est engagé à livrer. Et pendant ce temps, le groupe Bolloré peut expliquer à ses actionnaires qu'il parviendra à la rentabilité plus tôt que prévu. Forcément, avec le coût et la gestion de 1260 voitures en moins, les frais d'exploitation sont réduits...

Rubrique(s) et mot(s)-clé : Bollore-Bluecar ; autopartage-covoiturage