Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

17 années d'expériences pour vous informer.

Mahindra reprendrait Pininfarina

Jeu 26/03/2015   —   Avec des bons ingénieurs en propulsion électrique.
Ferrari 410 Super America 1957Une entreprise chinoise a pris le contrôle de Pirelli il y a quelques jours, et voici un autre fleuron de l'industrie italienne qui pourrait tomber dans des mains asiatiques : Pininfarina. C'est Bloomberg qui le dit, et c'est peut-être plus grave que Pirelli, parce que Pininfarina, le nom Pininfarina, est historiquement lié à la plus haute aristocratie automobile.

La Ferrari 410 Super America ci-dessus, de 1957, elle est comme un appartement avenue Foch, mise à part qu'elle vaut plus cher. Les plus belles Ferrari sont griffées Pininfarina, et le styliste est aussi, ou plutôt était aussi constructeur contractuel. Dernièrement, Pininfarina avait fabriqué les Ford Focus coupé-cabriolet, et les Peugeot 406 coupé avant cela. En sus, derrière les activités de design et de production, Pininfarina jouit de capacités d'ingénieurerie très substantielles, et notamment en propulsion électrique. On l'avait vu dans le prototype Nido EV, qui avait contribué à développer le groupe propulseur de la Bolloré Bluecar.

Si Mahindra prend le contrôle de Pininfarina, ils vont non seulement devenir maitre d'un nom ultra prestigieux, ils vont aussi acquérir un savoir-faire, et une expérience significative dans le domaine de la propulsion électrique si importante pour l'avenir. Cela faisait plusieurs années que Pininfarina était en grande difficulté et discutait avec d'éventuels repreneurs, il est franchement regrettable que personne en Europe n'ait voulu de ce potentiel.


Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : voitures-indiennes ; industrie-production