Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

17 années d'expériences pour vous informer.

Très riches ou très pauvres : Tesla et les travailleurs immigrés

Lun 16/05/2016   —   Ces hommes dont la Silicon Valley ne peut se passer.
Tesla Model SSi la Silicon Valley est le paradis des informaticiens, elle a aussi besoin d'autres types de travailleurs, et plus encore depuis l'arrivée de Tesla. Le jeune constructeur automobile californien a récupéré une ancienne usine GM/Toyota, mais quand ces 2 poids lourds pouvaient faire venir des cadres de leurs autres sites, Tesla n'a pas cette possibilité. Il doit recruter des ouvriers comme des cadres, et il recrute beaucoup, d'autant plus que les nouveaux employés ne le restent pas toujours longtemps. Greg Reichow, le vice-président de la production, Josh Ensign, le vice-président de la manufacture, James Chen, le vice-président des affaires légales, Ricardo Reyes, le vice-président des communications globales, Michael Zanoni, le vice-président des finances, tous ces cadres dirigeants, ont quitté Tesla Motors ces 2 derniers mois. Il semblerait que si Elon Musk est populaire auprès des foules, il le soit moins auprès de ses proches collaborateurs... Et quand le constructeur a besoin de professionnels expérimentés pour booster ses cadences de production, il débauche en Allemagne.

Le nouveau vice-président de la production automobile de Tesla Motors s'appelle Peter Hochholdinger, il a passé 22 ans chez Audi. D'autres embauches seront nécessaires, parce que tout le monde a été consterné d'apprendre qu'Elon Musk avait un sac de couchage à l'usine, et qu'il y dormait régulièrement pour solutionner les problèmes de la Model X. C'est l'esprit start-up, et cela marche pour une TPE en forte croissance, mais on peut douter du succès de la méthode dans une entreprise industrielle qui ambitionne de fabriquer 10 000 voitures par semaine, toutes les semaines, d'ici 20 mois. On prévoit donc d'autres embauches de cadres bien payés pour organiser, et rationaliser la production de la future Model 3. Les allemands sont bien placés, Tesla ayant besoin de la rigueur des spécialistes d'outre-Rhin.

La surprise du jour est que le recours aux travailleurs étrangers ne concerne pas que les cadres. On savait déjà que la réussite de la Silicon Valley n'était pas été partagée par tous, mais comment ne pas être choqué d'apprendre que la nouvelle salle de peinture de Tesla Motors a été construite par des slovènes et des croates payés 5 dollars de l'heure ? C'est le scandale qu'a révélé le San Jose Mercury News, avec délicatesse, puisqu'il a choisi de révéler l'info le week-end, alors que la bourse est fermée. On dira que Tesla Motors ne pouvait pas payer plus, puisqu'il a encore enregistré 282 millions de pertes au premier trimestre 2016. Mais pour une entreprise qui veut changer le monde avec ses autos zéro émission, c'est une vraie tache d'huile.


Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : Tesla ; industrie-production ; voiture-electrique