Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature

Twitter

Youtube


MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Le succès et les limites de la Norvège pour les voitures électriques

Dim 15/10/2017   —   Economiquement pas durable.
Christina Bu, électriques en NorvègeLe mois dernier, la proportion de voitures électriques dans les immatriculations de voitures neuves a établi un nouveau record en Norvège : 20 %. Une voiture neuve sur 5 est électrique ! Ce succès ne doit rien au hasard, il est le fruit d'une politique volontariste pour laquelle on a employé de gros moyens. Les voitures électriques sont ainsi exemptées de TVA en Norvège. Quand en France, avec le bonus, une Volkswagen Golf électrique coûte 10 % de moins qu'une Golf GTI, en Norvège, l'électrique est 40 % moins chère ! Les électriques sont aussi exemptées de péages sur les autoroutes, elles ont droit de rouler dans les voies réservées aux autobus, elles ont droit à centaines de places de parking gratuites, avec la recharge gratuite elle aussi... N'en déplaise à Christina Bu (illustration), la secrétaire générale de l'association norvégienne du véhicule électrique (qui compte 50 000 membres), cela n'est pas très durable.

Pour le droit de circuler sur les voies réservées aux transports en commun, la facilité a déjà été restreinte. Aux heures de pointe, le droit à circuler n'est plus donné qu'aux électriques où le conducteur n'est pas seul à bord. Un second coup de canif, bien plus profond, est venu du ministre des finances, qui propose de revenir, sur l'exemption de TVA pour les voitures électriques qui font plus de 2 tonnes. Il n'y aurait donc pour le moment que les Tesla qui seraient impactées, mais l'idée ne doit pourtant surprendre personne. Dans les textes déjà, l'exemption de TVA n'est supposée aller que jusqu'en 2020.

On rappellera que la Norvège est l'un des pays où les taxes et les impôts sont parmi les plus élevés au monde. La taxe annuelle de circulation aussi, est beaucoup plus faible pour les électriques. Alors à mesure que les ventes d'électriques augmentent, les recettes fiscales diminuent, et le moment où un ajustement sera nécessaire se rapproche. La Norvège étant en avance, il est normal qu'elle soit la première à ouvrir la réflexion. La France devra faire de même dans... Quelques 5 ans ?


Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; politique-transport_Europe ; voiture-electrique