Profiter de tout
MoteurNature






MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.
15 ans d'expériences pour vous informer.

Le grand bluff d'Elon Musk : un coup de poignard dans le dos à ses actionnaires

Mer 08/08/2018   —   Ou la folie des grandeurs ?
Opel InsigniaLe patron de Tesla, Elon Musk, parvient toujours à nous surprendre. Il a tweeté hier l'idée qu'il souhaitait faire du constructeur auto une société privée, non côtée. Tesla avait fait son entrée en bourse en 2010, et il faut le rappeler aujourd'hui, la bourse l'a sauvé. La bourse continue d'ailleurs à sauver Tesla tous les trimestres. Les résultats du second trimestre 2018 ont été publié il y a peu, et le constructeur a enregistré un déficit d'exploitation de 743 millions de dollars. Comme d'habitude... Depuis 15 ans, tous les 3 mois, Tesla présente un déficit. Le constructeur aurait déjà dû faire 100 fois faillite, et s'il survit, c'est uniquement grâce au charisme de son patron, qui a su attirer des milliers d'investisseurs qui ne se soucient pas de percevoir des dividendes comme des actionnaires normaux.

M.Musk a détaillé son idée en écrivant à ses employés, où il a expliqué qu'il souhaiterait conserver ses actionnaires, juste se retirer du marché. Donc le beurre et l'argent du beurre. M.Musk déteste les journalistes, au mois de mai il s'était plaint qu'ils lui posaient des questions ennuyeuses, ou stupides. Il a aussi indiqué ne pas aimer devoir présenter des bilans trimestriels comme la bourse l'y contraint, et en fait, il est certain que pour un patron, il est plus facile de ne pas être en bourse. Mais la différence est énorme pour les investisseurs. Elon Musk espère peut-être que les gens vont continuer à lui faire confiance, mais avoir des actions ou des parts d'une société non côtée, ce n'est pas du tout la même chose. Dans le second cas, il n'y a aucune sécurité, et il est incroyablement difficile de revendre ses parts (comme d'en acheter).

Si la capitalisation boursière de Tesla est très élevée, c'est précisément parce que beaucoup d'actionnaires sont de purs spéculateurs. Qui n'ont investi que parce qu'ils ont l'espoir de revendre facilement leurs actions plus chères qu'ils ne les ont payé. On peut s'attendre à une belle dégringolade si la société n'était plus portée par les spéculateurs, et c'est ce qui nous fait penser que M.Musk bluffe, qu'il n'a aucune intention de quitter la bourse. S'il ne bluffe pas, on peut vraiment écrire qu'Elon Musk a la folie des grandeurs, s'il croit que tous ses investisseurs actuels le suivraient hors du parcours balisé de la bourse.


Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : Tesla ; industrie-production



Dernières actualités de l'écologie automobile :


18-08-2018 — La tragédie de Gênes, tragédie de la démocratie ? — Encore une catastrophe qui était évitable.

17-08-2018 — Pininfarina PF0 : la plus belle des électriques ? — Le tableau de bord dévoilé.

16-08-2018 — Le SUV électrique ES8 lancé, Nio veut entrer en bourse — Plus rapide que Tesla.

15-08-2018 — Honda HR-V : puissance en nette hausse pour 2019 — Puissance et économie.

14-08-2018 — Porsche met du verre Gorilla Glass dans sa GT3 — Gain de poids.

13-08-2018 — Nissan ne fabriquera plus de batterie pour ses électriques — Revirement.

12-08-2018 — Smart Brabus 125R, la plus méchante des Smart — La bombinette.

11-08-2018 — Ford déploie en grand les exosquelettes — Premier parmi les constructeurs.

10-08-2018 — Sobre mais monstrueux, le Scania Duo Trailer pour Seat — Efficacité prouvée.

09-08-2018 — La Smart Fortwo EQ est sur la piste en Italie — Compétition électrique.

08-08-2018 — Le grand bluff d'Elon Musk : un coup de poignard dans le dos à ses actionnaires — Ou la folie des grandeurs ?

07-08-2018 — Boite automatique à 9 rapports pour la Honda Civic diesel — La démocratisation.

06-08-2018 — Faraday Future franchit une étape importante — Objectif production.

05-08-2018 — Un nouveau turbo-essence qui vaut un diesel sur l'Opel Insignia — 1600 de 200 ch.

Rechercher sur ce site

Recherche personnalisée