Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

17 années d'expériences pour vous informer.

L'énorme challenge de la réduction des émissions des poids lourds

Jeu 21/02/2019   —   En Europe.
Poids lourd MANCe n'est encore qu'un projet, mais l'Union Européenne vient de fixer un objectif très ambitieux de réduction des émissions de CO2 des véhicules lourds. 2019 sera l'année de référence, et les objectifs sont une réduction de 15 % d'ici 2025, et de 30 % en 2030. Ecrivons de suite que c'est énorme, et probablement même irréaliste, parce que les poids lourds sont aujourd'hui parmi les véhicules les plus efficients qui soient.

Les gros 6 cylindres turbo-diesel ont déjà un rendement supérieur au groupe propulseur hybride d'une Toyota Prius. Et si certains pensent à ajouter une dose d'hybride, cela marche effectivement sur un autobus urbain, mais sur un poids lourd qui parcourt des milliers de km à vitesse stabilisée, il y a peu de regénération d'énergie au freinage possible... Les avantages de l'hybridation sont faibles. D'ailleurs aujourd'hui, si les poids lourds consomment nettement moins que ceux d'il y a 20 ans, c'est principalement grâce aux progrès de leurs systèmes d'alimentation.

On rêve alors de propulsion électrique, ou à hydrogène, 100 % zéro émission, sauf qu'aucun véhicule lourd électrique n'est aujourd'hui commercialisé. Et quand les voitures électriques qui ont 500 km d'autonomie se comptent sur les doigts, il ne faut pas rêver voir avant longtemps un camion électrique qui aurait les plus de 1000 km d'autonomie de n'importe quel PL diesel. Et au fait, où recharge t-on un poids lourd électrique qui aurait une batterie d'une capacité de 1 mégawatt-heure ? Et de combien sa charge utile serait réduite par rapport au diesel, du fait d'embarquer des tonnes de batterie ?

Le seul possible à moyen terme est probablement dans le bioGNV, mais il faut voir comment les émissions en seraient calculées. On attend de voir ce que vont proposer les fabricants, mais aussi ce que voudront bien acheter leurs clients...

Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; poids-lourds-utilitaires ; politique-transport_Europe