Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

17 années d'expériences pour vous informer.

Taxer les voitures au poids, la fausse bonne idée

Sam 22/06/2019   —   Contre le progrès.
Toyota Yaris hybrideTous les automobilistes l'ont assurément remarqué, les voitures sont de plus en plus lourdes, et on ne peut que le déplorer, parce que la physique ne ment pas : si on augmente une masse, il faudra augmenter la quantité d'énergie pour déplacer ladite masse. C'est ce qu'a remarqué un organisme du nom de France Stratégie, qui propose l'instauration d'une nouvelle fiscalité liée à la masse des véhicules. OK, sauf que derrière la théorie, il y a les technologies de mise en oeuvre. L'exemple caritacural est la Toyota Yaris. La citadine du géant japonais existe avec un petit moteur 3 cylindres de base, et dans une version hybride, qui est plus lourde de 110 kg (1090 au lieu de 980 kg). Grâce à la technologie supérieure de la version hybride, celle-ci offre de meilleures performances, ainsi qu'une moindre consommation, et des émissions de CO2 plus faibles (75 contre 95 g/km de CO2). Cet exemple est très loin d'être un cas isolé, même sans recourir à la grande sophistication d'un système hybride.

Chez Ford, il y a plusieurs moteurs disponibles sous le capot de la Fiesta, et si on écarte celui de la version sportive ST, le plus gourmand en carburant est celui de la Fiesta de base (un 1100 de 70 ch), qui est la moins puissante et la plus légère. Parce que ce moteur est d'une ancienne génération, qu'il possède un système d'alimentation plutôt simpliste. Mieux vaut payer un peu plus cher, et choisir un EcoBoost (36 kg de plus avec la suralimentation et une boite de vitesses qui a un rapport de plus), avec lequel on aura plus de puissance, et moins de consommation. On pensera aussi que pour améliorer le rendement, plusieurs motoristes (comme Mazda avec son Skyactiv-X) travaillent à accroître le taux de compression des moteurs à allumage commandé. mais plus on l'augmente, plus le bloc moteur doit être solide, et donc plus lourd.

Mais parce que la technologie hybride est la plus prometteuse, on y revient, car c'est justement là qu'il faut vraiment de la masse. On peut faire un système hybride avec un simple alterno-démarreur et une batterie 12 Volts. Mais si on veut la regénération d'énergie au freinage la plus efficace possible, il faut un gros moteur électrique, pour fournir le courant le plus fort, et une grosse batterie pour accepter sans perte ce courant fort. On méditera ainsi sur nos essais de la Toyota Prius standard, et de la Prius hybride rechargeable. Cette dernière fait 155 kg de plus, parce qu'elle a la faculté de se recharger sur le secteur. Mais lors de notre essai, nous ne l'avions pas rechargé une seule fois. Et pourtant, nous avions consommé moins... Et cette voiture de 1530 kg reste la voiture la plus sobre jamais essayée par MoteurNature. Une petite Renault Twingo qui fait 650 kg de moins use quasiment le double !

Enfin, indirectement, la masse des voitures est déjà taxée. Dans le calcul de la puissance fiscale en effet, la puissance réelle du moteur est prise en compte, et en règle générale, plus une voiture est lourde, plus elle a un groupe propulseur puissant.


Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; bonus-malus-prime-taxe