Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

Le projet européen d'Airbus des batteries ou la gigafactory Tesla à Berlin ?

Lun 16/12/2019   —   Les paris sont ouverts.
L'Airbus européen des batteries face à la Tesla Model 3Deux très importants projets dans le domaine de la voiture électrique sont en phase de lancement en Europe. L'un, s'il se situera en Europe, n'est pas européen, puisque c'est Tesla. Le constructeur de Californie a annoncé le mois dernier qu'il allait construire son usine européenne au sud-est de Berlin. Cette usine fabriquera des voitures et des batteries. L'autre est cette fois 100 % européen, il s'agit du projet qu'on désigne souvent sous l'appellation d'Airbus des batteries. Rien à voir avec l'aviation, mais parce que le projet aéronautique a été une grande réussite de collaboration européenne, on reprend le nom de l'avion bien connu, pour avancer un même succès aux futures batteries européennes.

L'union européenne a approuvé un financement public de 7 états membres pour ce projet jugé stratégique pour la compétitivité de l'industrie européenne. L'Allemagne (1 250 millions), la Belgique (80 millions), la Finlande (30 millions), la France (960 millions), l'Italie (570 millions), la Pologne (240 millions) et la Suède (50 millions), vont ainsi donner 3,2 milliards d'euros, et les entreprises associées vont elles investir quelques 5 milliards. Le projet vise bien sûr la production de batteries en très grandes quantités, mais il englobe aussi une grande part de recherche et développement, dont de la recherche pure à partir des matériaux bruts, et au niveau logiciel dans la gestion d'une batterie (on parle en effet d'une batterie, mais celle-ci comprend toujours plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de petites cellules assemblées les unes aux autres, chacune étant pilotée électroniquement de manière individuelle). Enfin, la délicate question du recyclage sera elle aussi abordée.

Le site de la future usine Tesla est donc trouvé, mais on s'interroge encore pour les sites des futures usines de batterie. On sait qu'il y en aura plusieurs, dont au moins un en France, et un autre en Allemagne, le premier sera un site pilote, qui pourrait être à Nersac (près d'Angoulême), tandis que l'usine principale, qui viendra dans un second temps, pourrait être implanté sur un site qui appartient aujourd'hui à PSA. A Sochaux, ou à Douvrin (site de l'ex Française de Mécanique). Ce qui permettrait de brûler plusieurs étapes, puisque des batiments existent déjà, avec une longue et solide histoire industrielle derrière eux. Mais il reste que la réponse à notre question n'a rien d'évident : qui sera le premier à avoir un site de production opérationnel ? Tesla ou l'Europe des batteries ?


Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : Tesla ; industrie-production