Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

Pour relancer le nucléaire, Boris Johnson veut interdire les essences et diesels dés 2035

Mer 05/02/2020   —   Se réjouir ou pleurer ?
Le premier ministre Boris Johnson au volant d'une Nissan LeafOn croyait que Boris Johnson, le premier ministre anglais, était un homme hyper occupé, avec un gros dossier Brexit sur son bureau qui devait accaparer tout son temps. Il est pourtant capable de surprendre, avec une décision que personne n'attendait. Il était entendu que le Royaume-Uni allait interdire à compter de 2040, les voitures qui ne seraient pas au moins des hybrides rechargeables. Mais voilà que Boris Johnson décide de faire beaucoup plus fort, avec une interdiction de toutes les autos qui ne seraient pas totalement zéro émission (exit donc les hybrides rechargeables, il n'y aurait plus que électriques sur batterie) en 2035.

Si d'abord on est dubitatif sur la nécessité d'une interdiction, en pensant par exemple au chauffage au charbon, qui n'a jamais été interdit, mais qui a quasiment disparu de lui-même, parce qu'il y a mieux, on s'étonne que ce soit Boris Johnson, qui n'était guère connu pour son volontarisme en faveur de l'environnement, qui lance pareil projet. Il y a alors un petit détail qui n'est peut-être pas trop connu de ce côté-ci de la Manche. C'est qu'il est un passionné du nucléaire, c'est lui-même qui le dit. Elu à la tête de son parti premier ministre l'été dernier, le même jour, avant donc qu'il soit nommé premier ministre, il lançait déjà une consultation pour le financement de nouvelles grandes centrales nucléaires. Alors que les écologistes ne se réjouissent pas trop vite...

Illustration, Boris Johnson au volant d'une Nissan Leaf électrique.


Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; politique-transport_Europe ; ecologie