Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

Crise du pétrole : les énergies renouvelables montrent leur supériorité

Ven 24/04/2020   —   Face aux fossiles, nucléaire inclus.
EoliennesLes écologistes avaient tout faux, il faut commencer par le reconnaître. Pendant des années, nous avons expliqué que le pétrole allait se raréfier, qu'il deviendrait de plus en plus cher, avant de devenir inabordable pour l'automobiliste moyen. Mais probablement personne n'avait imaginé ce qui s'est passé il y a 2 jours, où le pétrole ne valait plus rien. Ce n'était plus de la vente à perte, c'était le prix de l'abandon, où des acteurs de l'énergie ont payé pour être débarrassé de leurs stocks de pétrole. C'est l'économie du pétrole qui est ainsi, avec plusieurs intermédiaires entre le puits et la station d'essence, et tout passe par des contrats à terme.

Si la station ne vend plus puisque personne ne roule du fait du confinement, il y a un moment où cela se bloque dans la chaine de distribution, avec un intermédiaire B qui ne peut plus acheter à un intermédiaire A, et celui-ci n'a pas d'autre choix que de payer pour qu'on le débarasse de son pétrole, parce qu'il ne sait plus où le mettre (!), alors qu'il y a une nouvelle livraison qui arrive. C'est là qu'est tout le problème. La consommation a chuté, mais la production a continué. Et tout le monde se demande pourquoi, ne peut-on simplement fermer le robinet ? Le problème est là, on ne peut pas. Il est bien sûr possible de réduire un peu les volumes de production, mais fermer un puits, ou diminuer son débit de moitié est compliqué. C'est comme une voiture sans frein. Il faut faire venir des spécialistes qui devront faire des études, cela prend du temps (idem le réouvrir), et c'est aussi dangereux, même si aujourd'hui on maitrise bien les risques.

Il en va presque de même pour une centrale nucléaire. Il y a un processus sécuritaire rigoureux à respecter, il faut contrôler le refroidissement, c'est lent, et le redémarrage sera tout aussi lent. Il faut de plus laisser un délai pour opérer de multiples vérifications, entre l'arrêt et le redémarrage d'un réacteur nucléaire. Tout à l'opposé d'une éolienne. S'il y a une chute de la demande d'électricité, il est très facile, rapide et sans aucun danger de la désaccoupler, pour qu'elle cesse d'alimenter le réseau. Et on remettra l'éolienne en service tout aussi simplement.


Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; carburant-energie ; ecologie