Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

Mercedes nous rappelle qu'il travaillait déjà à l'électrique il y a 30 ans

Ven 01/05/2020   —   La 190 Elektro.
prototype Mercedes 190 électrique de 1990La Mercedes EQC, la première vraie électrique de série de Mercedes n'est disponible que depuis quelques mois, mais la marque à l'étoile a réalisé de nombreux prototypes électriques depuis plus de 50 ans. L'un avait été présenté il y a précisément 30 ans, c'était la 190 E Elektro. Avec un E pour Elektro donc, et non pour Einspritzung (injection). Ce prototype avait une architecture intéressante, puisqu'il avait 2 moteurs électriques, un pour chaque roue arrière. Mais la technique de l'époque limitait hélas considérablement les possibles. Les puissants et compacts moteurs à courant alternatif qu'on connait aujourd'hui n'existaient pas, et les ingénieurs allemands avaient retenu des moteurs à courant continu, de 16 kW chacun. Soit une puissance totale de 32 kW (44 ch), ce qui était franchement ridicule, quand même la 190D de base affichait déjà 72 ch.
prototype Mercedes 190 électrique de 1990Du côté de la batterie, Mercedes avait retenu une technologie qui paraissait très prometteuse à l'époque, celle des batteries chaudes au sodium. Sodium-Nickel ou Sodium-Soufre (les deux ont été essayés), des batteries qui avaient une meilleure densité énergétique que les classiques plomb-acide, mais qui avaient le défaut de devoir être à 300° pour fonctionner, et qui perdaient de l'énergie rien que pour se chauffer. Plusieurs prototypes furent fabriqués (à la main), et longuement testés, puisqu'un parcouru plus de 100 000 km en seulement une année, mais la conclusion était claire. Ces autos n'avaient pas le potentiel pour remplacer les essences et diesel, ce qu'on ne peut plus dire des électriques actuelles.

Rubrique(s) et mot(s)-clé : Mercedes ; voiture-electrique