Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

Nouveau bonus-malus : la Ford Mustang V8 taxée à 125 %

Mar 29/09/2020   —   Et petite baisse du bonus.
Ford Mustang V8 cabrioletLes gros moteurs essence sont dépassés. Trop gourmands, trop émetteurs de CO2, ils sont condamnés. On savait qu'ils allaient disparaître, mais on ignorait le jour de leur disparition. Elle a été fixée aujourd'hui, ce sera le 31 décembre de cette année. Le gouvernement vient en effet de présenter son projet de loi pour la loi de finances de 2021, et il inclut une grosse révision (!) du barême du bonus-malus. La Ford Mustang V8 essence est encore au catalogue de Ford France, elle y est affichée au prix de 48 800 €. C'est le prix TTC, le prix de l'auto sans la TVA n'est que 40 667 € (8133 € de TVA à 20 %). Vu qu'il s'agit d'une puissante automobile de 36 chevaux fiscaux, la carte grise coûte (à Paris) : 2167,76 €. Et il y a ensuite le malus, qui était de 10 000 €, qui a été porté à 20 000 € cette année, et qui augmentera de 100 % (!!!) en 2021, pour donc atteindre les 40 000 €.

Pour une Mustang à 40 667 € hors taxes, l'automobiliste français devra donc l'année prochaine s'acquitter d'une somme de 50 300,76 € de prévèvements, rien que pour mettre l'auto à son nom. Est-ce bien pertinent ? Ford vendra heureusement pour lui une Mustang électrique en 2021, mais le gouvernement ignore visiblement l'idée que trop d'impôt tue l'impôt. Il ne se vendra plus une seule voiture à gros moteur essence en France, c'est un choix qui est favorable à l'écologie, mais il faut voir le revers de la médaille, qui est que le bonus-malus, qui était une excellente idée à ses débuts, quand le système était modeste et équilibré, est devenu un système confiscatoire.

La base du malus va en effet elle aussi baisser. Aujourd'hui, seules les autos émettant plus de 137 g/km de CO2 doivent s'acquitter d'un malus, ce sera 130 g/km en 2021, et 122 g/km en 2022. Quant au bonus maximal de 40 000 €, il grimperait encore, à 50 000 € en 2022. On peut créer une société, ou acheter une résidence secondaire dans un pays moins taxé pour moins que cela... Le gouvernement l'ignore peut-être, mais les ultra riches le savent.

Du côté de la carotte, le bonus qui avait été porté à 7000 € cette année, va revenir l'année prochaine à son montant de l'année passée, soit 6000 €. Et en 2022, il baisserait encore de 1000 €, pour n'être plus que de 5000 €, ce qui reste tout de même substantiel. Le bonus pour les hybrides rechargeables baisserait lui aussi de 1000 € l'année prochaine, il ne serait donc plus de 1000 €, avant de disparaître en 2022. Et à propos du bonus pour les électriques, on rappelle qu'il n'est versé que si le prix de l'auto est inférieur à 45 000 €.


Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; bonus-malus-prime-taxe