Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

Pollution : essence ou diesel, l'IFPEN dit qui est le meilleur

Mar 22/12/2020   —   Aucune surprise.
Shéma de mesures Institut français de pétrole énergies nouvellesL'essence a gagné, et le diesel est condamné ? C'est ce que beaucoup pensent, mais pour réfléchir sur des bases justes, l'institut français du pétrole, énergies nouvelles (IFPEN) a réalisé une série de tests de véhicules derniers modèles, ceux qui sont à la norme Euro 6d-Temp. Le test fut important, puisqu'il porta sur 22 voitures, avec la mesure de la consommation, des émissions de CO2, de tous les polluants règlementés, d'autres même. Le premier résultat est que la technologie marche. Les derniers modèles diesel, avec un système de dépollution incorporant un système d'injection d'urée, et les derniers modèles essence, avec un filtre à particules, respectent toutes les normes en vigueur, quelque soit le test employé pour la vérification, y compris dans le test en usage réel RDE (real driving emissions).

C'est là une bonne nouvelle, parce qu'après l'énorme tricherie de Volkswagen qui fut découverte en 2015, certains avaient pensé que le diesel, ou même le moteur thermique, était condamné, parce qu'il polluerait toujours trop, qu'il n'y avait pas de solution. On remercie alors l'IFPEN de montrer que tout problème a sa solution, et qu'on peut faire confiance aux ingénieurs. Et on profite pour répeter que si Volkswagen avait naguère triché, c'était uniquement pour produire moins cher.

Pour revenir ensuite au débat essence/diesel, l'IFPEN ne peut que constater la supériorité du second en terme de consommation. L'essence consomme en effet 28 % de plus en moyenne que le diesel. Concrètement, avec un réservoir de 50 litres, la voiture diesel ira donc 28 % plus loin, et on comprend pourquoi les gros rouleurs continueront encore longtemps à préférer le diesel. Reste qu'au niveau des émissions de CO2, c'est beaucoup moins bien, puisque du fait de la plus forte teneur en carbone du gazole, l'avantage du diesel n'est plus que de 11 %. Et on notera que ce gain se vérifie aussi sur des modèles hybrides rechargeables. Un constructeur en effet (Mercedes) propose une auto hybride rechargeable avec au choix un essence ou un diesel. Ils ont été testé dans ce panel. Avec la batterie chargée, l'écart n'est pas significatif, 15 contre 14 g/km de CO2, mais il est très substantiel avec la batterie vide, avec 147 contre 124 g/km de CO2, ce qui donne un avantage de 16 % en faveur du diesel.

En ce qui concerne les polluants toxiques, les diesels modernes (avec un système SCR) émettent 2,9 fois plus d'oxydes d'azote que les essences. Mais pour ce qui concerne les particules fines règlementées, les essences en rejettent 2,6 fois plus que les diesels. Et cela en prenant en compte la regénération périodique des FAPs des diesels (ce dont les FAPs des moteur essence sont dépourvus). En ce qui concerne les hydrocarbures imbrûlés, les émissions moyennes des véhicules mesurés sont de 24 mg/km pour les diesels, et 19 mg/km pour les essences. Petit avantage pour le moteur à allumage commandé donc, mais très mauvais point pour le monoxyde de carbone, puisque les diesels n'en rejettent que 83 mg/km, alors que les essences en rejettent 434 mg/km, soit 6 fois plus ! L'IFPEN a aussi mesuré les émissions d'ammoniac, même si 'elles ne font l'objet d'aucune règlementation à ce jour, les valeurs pour les essences sont de 15 mg/km, et de 11 mg/km pour les diesels.

On retiendra en conclusion, que dans tous les cas, les valeurs sont très faibles, et que comme c'était déjà le cas il y a 20 ans, s'il est des polluants que le diesel rejette en moindre quantité que l'essence, il en est d'autre où la situation s'inverse. On est donc bien en peine de dire qu'il faut privilégier l'un par rapport à l'autre, ce que nous avons toujours dit sur ce site. On continuera donc à se focaliser sur les vrais changements, comme le recours aux biocarburants, ou aux carburants synthétiques, ou à la propulsion électrique. Ce débat essence/diesel est vraiment d'un autre âge.


Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; ecologie ; essence-diesel