Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

18 années d'expériences pour vous informer.

Un bon retard pour la gigaberlin de Tesla

Mar 04/05/2021   —   Après tous les mauvais retards...
future usine Tesla gigaberlinLa version Plaid de plus de 1000 ch de la Tesla Model S devait arriver cet été, elle ne sera disponible que l'année prochaine. Comme le futur nouveau roadster, presenté en 2017, et qui aura finalement 2 ans de retard. Comme le futur poids lourd électrique... Un autre projet est aussi en retard, mais pour une fois, il vaut mieux s'en réjouir. Il s'agit de la future usine allemande de Tesla. Celle qu'on appelle un peu pompeusement gigaberlin, mais qui ne sera pourtant pas la plus grande usine d'Allemagne.

Avec une sacrée dose d'optimisme (d'irréalisme pour certains), Elon Musk avait annoncé que les premières voitures sortiraient de l'usine au 1er juillet. Il faudra attendre au moins 6 mois de plus, et c'est bien. Pour ceux qui l'ignorent en effet, une usine capable de produire plus de 1000 voitures par jour est un appareil formidablement complexe, qui a besoin de nombreux mois pour être érigé, et qui a ensuite besoin d'être rodé. Chez un autre constructeur que Tesla, il y aurait au moins 2 mois, entre le moment où l'usine est finie, et celui où elle commence à fabriquer les voitures qui seront livrés aux clients. Les autos fabriquées dans l'intervalle sont des pré-séries qui seront détruites.

Enfin, il y a les aspects administratifs. Tesla a déjà plusieurs fois changé ses plans, ce qui a entraîné des modifications au permis de construire initial. Le souci est que l'administration qui les délivre n'est pas allemande pour rien. Il y a une moultitude de règlements et de procédures à suivre, et bien que les travaux soient déjà très avancés, Tesla n'a toujours pas reçu son permis de construire. Il subsiste en effet 2 énormes problèmes liées à l'eau. L'usine aura besoin d'une quantité d'eau assez phénoménale, plus que la région ne peut en donner. Le problème suivant, tout aussi dramatique, sera le rejet des eaux usés.

Il est nécessaire de réaliser des etudes d'impact, mais cela prend des semaines et des semaines, et certains de dire déjà qu'il faudra construire sur le site une centrale d'épuration, mais cela prendra des mois... On ajoutera que Tesla n'aide pas quand il fait presque du chantage, en disant qu'il sauve la planète avec ses voitures électriques, et qu'il faut le laisser faire tout ce qu'il veut. Les écologistes allemands peuvent heureusement facilement repondre, que plusieurs dizaines d'hectares de forêt ont déjà été détruits, et que sauver la planète en détruisant l'environnement local, ce n'est pas un bon plan. Sans oublier qu'il y a d'autres usines de production de batteries ou de voitures en Allemagne, et qu'elles respectent toutes le droit allemand. Tesla n'a pas à bénéficier de passe-droit.


Laurent J. Masson.


Rubrique(s) et mot(s)-clé : Tesla ; industrie-production