Bienvenue sur MoteurNature
Pour faire vivre notre rédaction, et vous offrir le meilleur contenu, nous avons besoin que vous acceptiez les cookies de nos régies publicitaires. Nous vous en remercions par avance.
Notre rédaction n'utilise aucun cookie (des petits fichiers texte). MoteurNature est l’un des très rares sites à pouvoir s'en passer totalement. Les seuls cookies liés à la visite de notre site sont les suivants.
Cookies des régies publicitaires
Ils permettent aux régies de vous proposer des contenus proches de vos centres d’intérêt. Ils assurent le financement du site.
ON OFF
Cookies des réseaux sociaux
Ils vous permettent de partager nos articles sur les réseaux sociaux dont vous êtes membre sans formalité.
ON OFF




Profiter de tout MoteurNature




MoteurNature
Toute l'actualité de la voiture verte depuis 2002.

19 années d'expériences pour vous informer.

De plus en plus de radars qui polluent, avec la sécu

Dim 16/05/2021   —   Qui y gagne ?
radarLe radar de notre illustration est un appareil détesté de tous les automobilistes. Il a pourtant une vertu, celle d'être écologique et économique. Une fois qu'il est mis en place, sa consommation d'énergie est très faible, et ses frais d'entretien sont tout aussi réduits. Pour de multiples raisons qui lui appartiennent, le gouvernement a décrété que cela n'était pas satisfaisant, et qu'il fallait fortement développer la solution des radars mobiles, motorisés. Ce sont donc des automobilistes qui vont radariser d'autres automobilistes. Et ces personnes ne seront pas des membres des forces de l'ordre, mais de simples travailleurs salariés.

Ils rouleront 6 heures par jour (seulement 30 heures de boulot par semaine ?), et sur la route, on doit pouvoir tabler sur des parcours hebdomadaires de quelques 2000 km. OK. Il y a beaucoup de professionnels qui font 100 000 km par an, mais ce n'est pas gratuit. Il faut prévoir un solide budget entretien et carburant. On pensera aussi aux frais de personnel, inexistants sur les radars fixes, mais là bien réels, avec des salaires et toutes les cotisations qui vont avec, assurance maladie et autres. Il faudra radariser beaucoup, beaucoup pour rentabiliser le programme...

Mais rien qu'en se limitant à l'impact écologique, ces radars mobiles motorisés sont déjà alarmants. 100 000 km par an sur une auto qui consomme 6 l/100 km (hypothèse d'une voiture essence) feront 6000 litres de carburant, qui rejetteront un peu plus de 14 tonnes de CO2. Et par voiture. Le projet du gouvernement devant grandir pour atteindre 450 autos, on sera à plus de 6300 tonnes de CO2 par an... Une solution serait l'emploi de voitures électriques, mais cela exigerait une toute autre organisation. Faire quotidiennement 6 heures de route avec une électrique est un peu difficile. Il faut être prévoyant, et très précis dans ses calculs.

Le gouvernement est sans doute capable d'imaginer des solutions, mais... C'est du délire. Il serait plus intelligent et considérablement (!) plus écologique de se limiter aux radars fixes.


Laurent J. Masson


Rubrique(s) et mot(s)-clé : hors-constructeur ; politique-transport_France